Esprits Libres: votre Magazine "ORPHEE NOIR": L'incurie de l'idéologie - MBOA

MBOA

La vérité est comme les fesses, on est obligé de s'asseoir avec

27 mai 2007

"ORPHEE NOIR": L'incurie de l'idéologie


Dans son excellente préface « Orphée noir », Jean Paul Sartre interrogeait : "Qu'est ce donc que vous espériez, quand vous ôtiez le bâillon qui fermait ces bouches noires ? Qu'elles allaient entonner vos louanges ? Ces têtes que nos pères avaient courbées jusqu'à terre par la force, pensiez-vous, quand elles se relèveraient, lire l'adoration dans leurs yeux ?". 

C'est curieux que parmi la brochette bien garnies de penseurs que compte l'idéologie, qu' aucun n'ait eu la présence d'esprit de  poser les bonnes questions  comme celles que pose Jean Paul Sartre.

Même s’il est intéressant de faire remarquer que le bâillon, les bouches noires se sont chargées de l’ôtez sans attendre la clémence de l’idéologue. De la brute épaisse qu’il était, il a juste raffiné ses méthodes d’oppression. Dans ces propos qui sont plus un constat logique qu’un questionnement, JPS met en exergue toute la lucidité qui fait tant défaut aux idéologues d’une part , le cynisme et l’hypocrisie qui les caractérisent d’autre part. Ils se sont confinés dans leur fonctionnement macabre qui consiste à toujours attendre du Noir, adoration, docilité, jubilation et remerciement  pendant qu’ils l’avilissent, le tuent par toutes sortes de ruse.

Mais en arrachant le bâillon qui fermait sa bouche, le Noir ne l’a pas fait pour redevenir docile, il ne l’a pas ôter pour chanter les louanges à l’idéologue, mais pour lui dire Stop ! Basta ! Schluss ! Car, ainsi le disait Albert Memmi "Lorsqu'un opprimé a entrevu la possibilité d'être libre et qu'il accepte d'en payer le prix, il est vain d'espérer encore la paix pour longtemps"
Les idéologues doivent dorénavant compter avec la réaction non plus de soumission du Noir qui a décidé de ne plus accepter subir les humiliations en tous genres. En d'autres termes, la docilité et la passivité "ataviques" que l'on prête aux  Noirs  se sont transformées en un volcan . Peut-être que l'idéologie compte s'appuyer  sur certaines brébis, pour continuer son travail de destruction massive, mais  plus rien ne sera plus comme avant.

Jeudi dernier encore, France 2, dans une n-ième agression contre les Nègres, reformulait les termes dans lesquels l’idéologie entend bâillonner les bouches noires et courber les têtes des Nègres, fort d’une tradition bien enracinée. Depuis quelques années maintenant une tendance prend forme en hexagone et celle-ci se trouve aujourd’hui renforcée par les récentes déclarations du candidat aujourd’hui président de la république. La recrudescence de la Négrophobie  mais surtout sa négation reviennent en force dans un pays qui, par le passé a réussi l’exploit de créer un code de chosification des Noirs.

De l’hideux homoncule Eric Zemmour en passant par Pascal Sevran, Finkielkraut jusqu’au président de la république et même jusqu’à l’insignifiant "nostalgique" citoyen, le Noir est la cible de l’idéologie décrispée et qui entend réaffirmer ses penchants negrocides.

Pour paraphraser Jean Paul Sartre, comment peut-on demander aux gens d’aimer une entité qui est foncièrement contre eux ? Si pour des raisons qui leur sont propres, les parents de ceux que l’on continue de considérer comme des "choses" ont accepté faire certaines concessions, il est observable que les enfants ne sont plus disposés à se faire marcher sur les pieds, ni se faire courber la tête non plus quelque soit la méthode.

Comme nous l’apprend le dicton,à force de cracher en l’air, il ne faut pas s’étonner de recevoir les gouttes de crachats sur son nez.anti_bug_fck

Posté par MBOA à 02:37 - Dignité et Respect - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire