Esprits Libres: votre Magazine OPERATION "TASK FORCE" pour MEDIA TROPICAL: Zouk Love en plein Paris. - MBOA

MBOA

La vérité est comme les fesses, on est obligé de s'asseoir avec

10 juin 2007

OPERATION "TASK FORCE" pour MEDIA TROPICAL: Zouk Love en plein Paris.

 

    7987.jpg.png
    Kijan sa té yé ? ka fè bèlbotan jodila. Ainsi pourrons-nous résumer la forte mobilisation qui nous a été annoncée par les organisateurs de ce "Task Force", dont le collectif dom en ce samedi 9 juin 2007. Nous commençons déjà à nous faire à l’idée que, derrière chaque manifestation où s’abrite ce collectif, c’est l’assurance d’un raté, d’un flop mais surtout avec de la glose en prime.  

 

    Sous un beau soleil nous rappelant celui des Antilles et d’Afrique, quelques 200 personnes au plus se sont regroupées au Quai André Citroën à Paris, pour soutenir Radio des Mille collines euh Radio Media Tropical. Comme moi, le voisinage et les agents de la police nationale ont pu écouter avec délectation, cette bonne musique qu’est le Zouk dans sa version « love ». Dans tous les cas, j’ai dû, l’espace de quelques instants, faire des heures supplémentaires dans mon passé me rappelant que grâce au groupe Kassav, j’apprenais mes premiers mots créoles.  

 

    Il est 17 heures 25 minutes par là, nous arrivons au quai André Citroën, sortant d’une réunion très constructive chez un de nos célèbres avocats. Mes compagnons, de dignes fils des Antilles et d’Afrique encore plus excités que moi d’être sur place pronostiquent en connaisseurs, le raté de cette mobilisation. L’ambiance est plutôt décontractée et pour cause, le zouk coulait à flot, certes interrompu et ponctué par quelques interventions de personnalités domiennes nous rappelant le pourquoi de tout cela. Je constate que les 40.000 membres et sympathisants que nous annonce le collectif dom ne sont heureusement pas tous dupes pour soutenir cet embrouillamini.  

 

    17heures 45, l’un des secrétaires général du collectif dom prend la parole, pendant que la foule était en attente de la délégation composée de 6 personnes me dit-on,  reçue par le CSA, pour une discussion franche afin d’éclaircir les zones d’ombres du dossier.  

 

    Je vous disais que là où il y’a le collectif dom, ouvrez grand vos oreilles, une glose, une calomnie passe forcément par là. J’apprends donc que radio mille collines (zut pourquoi ce nom ne me quitte pas ?) radio Media Tropical a perdu son autorisation d’émettre sur 92.6 parce que des capitaux étrangers circulent par là. Je trouve tout cela assez léger, bien qu’en y pensant, je me dis aussi que c’est quand même quelques familles qui en pâtiront. Néanmoins je reste sur ma faim. Ma surprise sera davantage nourrie, car non seulement les capitaux étrangers expliquent ceci, mais parce que Claudy SIAR manipule le CSA en diffamant cette radio que nous ne regretterons pas. Pour une annonce, alors le secrétaire général du collectif dom venait de m’achever.  

 

    Alors là, je me dis, ce Claudy SIAR est comme Kirikou. Il n’en a pas l’air, mais il est capable de grands exploits. A lui tout seul, il arrive à manipuler le C.S.A. Moi qui le connais pour son sens de l’honneur, pour son intégrité, pour son professionnalisme, là je dois avouer que je sous-estimais ses capacités. Bravo l'artiste !
 

 

    Quand on entend cela, vous comprenez pourquoi le mot embrouillamini a toute sa place dans ce papier. Lamartine disait « un seul être vous manque et tout est dépeuplé » c’est dans cette angoisse que se trouve le public venu soutenir Media Tropical et cela est tout à fait légitime. Mais vaut mieux qu'un seul homme vous manque, que de tout dépeupler pour un seul homme.
 

 

    Mais comme il se dit aux Antilles aussi : Sé on gwo désod ki ka mété on     lod !  

 

    Puisqu’il faut appliquer le proverbe créole, alors nou ka mété lod ! Il faut dire les choses comme elles sont, radio mille collines euh …Media Tropical est interdit d’antenne parce que sa gestion est un gigantesque fiasco qui s’apparente à un détournement de fonds et  Daniel Valminos doit bien le savoir. Pour paraphraser Paul Valéry, ce n’est pas Claudy SIAR qui tue Media Tropical, c’est la cupidité de certains de ses dirigeants qui la condamne.  En économie, le principe d’équivalence dit que tout travail mérite un salaire. Comment expliquez que les salariés de cette radio ne soient pas payés alors que de sommes exorbitantes sont englouties pour le fonctionnement de Media Tropical ?  

 

    Des informations que j’ai glanées ci et là et les comptes que j’ai pu voir, si l’auditeur lambda est réellement informé, a une visibilité sur les comptes et la gestion de cette radio, je mets ma main à couper qu’aucun ne se serait rendu au quai André Citroën pour soutenir ce flou artistique.  

 

    Media Tropical a sorti des gens comme Harry ROSELMACK entre autres comme le fait remarquer la pétition lancée pour la restitution de l’autorisation d’émettre . Mais il est plus judicieux de se dire : est-ce que Harry aurait accepté travailler dans un antre d’amateurisme, dans lequel la plus simple des égalités/identités n’est pas respectée à savoir Travail = Salaire ? Pour ma part, je ne crois pas que Harry serait resté dans une institution qui est le symbole de la gestion chaotique des deniers voire de leur détournement où les salaires ne sont pas octroyés pendant que les dirigeants exhibent de grandes voitures et autres signes ostentatoires d’une « richesse » douteuse voire mal acquise.
   
Media Tropical s'est avéré comme un vaste chantier d'un amateurisme primaire, d'une gestion calamiteuse à enseigner dans les écoles de commerce et de gestion comme cas pratique.
   
    Comme dit l'adage de chez moi,: "Lorsque les femmes ont été incapables de préparer la viande du singe, elles l'accusent d'être trop salée". Avec cette affaire, on est en plein     dedans comme on dit.
Claudy ne doit en aucun cas servir d'alibi, de bouc émissaire encore moins de cheval de troie pour justifier une incompétence notoire et averée.
 

 

    Je comprends pourquoi l’association radio mille collines et Media Tropical m’obnubile tant. Pour ce coup, je crois qu’en plus de l’argument de mauvaise gestion, de détournement de fonds qui constitue en soi une raison suffisante pour ne plus accorder l’autorisation d’émettre,  le C.S.A a toutes les raisons d’interdire cette voix/voie de la haine, cette exhortation à casser de l’Africain que représente cette radio. En effet radio mille collines euh Media Tropical s’est effectivement spécialisée dans l’injure, la calomnie gratuite qui induirait presque au meurtre des individus qui ne sont pas Antillais disons domiens, c'est-à-dire la chasse à l’Africain.  

 

    Accuser Claudy SIAR de manipuler le CSA est une trouvaille de ses idéologues de la nouvelle époque pour qui, un Antillais se doit de se sentir supérieur à un Africain et par conséquent le traiter comme un paria. Or Claudy SIAR étant un garçon intègre, ouvert, et aimant qui revendique son africanité sans nier sa créolité, on comprend mieux la cabale orchestrée contre lui par quelques illuminés. Et toute la haine envers les Africains et par conséquent la cabale contre Claudy SIAR se résument bien dans cette interrogation de Daniel Valminos : "Pourquoi ne veut-il pas reprendre Africa n°1 alors qu’il se dit l’Africain des Antilles ? Pourquoi ne veut-il pas prendre Espace FM dont le directeur n’est pas Antillais et dit clairement qu’il ne s’intéresse pas à la communauté ?"  

 

    Le soutien du Collectif dom à cette radio n’est pas à classer dans l’ordre du communautaire. Il répond à une logique d’identification et du partage des idées communes. Lorsque l’on connaît les thèses hégémonistes du syro-libanais qui se découvre domien Patrick KARAM et de la chauve souris (l’inclassable) Claude RIBBE, ce n’est donc pas une surprise, puisque cette radio relaie leurs thèses. Voir aujourd’hui Serge ROMANA, Daniel DALIN et Charles DAGNET côte à côte pendant que Claude RIBBE fustige les cupides bassesses  de Serge Romana, qui n’a pas hésité que dire, qui n’a pas résisté à l’appât du gain, démontre que pour accomplir leur macabre dessein, ces individus sont forcément liés par un pacte malsain qui transcende la cupidité des uns et des autres.  

 

    18 heures 20, le groupe de Gwoka arrive. Dix minutes plus tard, il entre en scène, nous gratifiant de quelques beaux chants traditionnels. Je dois avouer mon admiration de voir que la tradition est bien gardée par nos frères et sœurs Antillais et fait remarquable, par des jeunes. C’est ce qui m’a surpris la première fois que j’ai été en contact direct avec cette population. Une transmission réussie de la tradition qui j'espère va au-delà des sonorités musicales.  

 

    18 heures 45 minutes, la délégation qui est revenue entre temps, prend la parole. De Romana, à Loyson en passant par Karam, rien de particulier ne s’est dit, mais on peut déjà lire dans l’attitude et surtout les propos des uns et des autres que le C.S.A a amplifié la pression et a demandé à ce que les manifestations cessent de suite sinon Media Tropical aura plus vite que prévu sa pierre tombale.  

 

       

 

    Il s’est dit selon, la délégation que :  

 

    Ø      Parcours des zones d’ombres du dossier.  

 

    Ø      La discussion a été franche et enrichissante  

 

    Fait plutôt curieux, c'est la demande de cessation de la manifestation par l'un des 6, alors qu'aucune garantie n' a été donnée pour la restitution de l'autorisation. Pour des gens qui sont dans leur droit et qui s'estiment injustement floués. Vous l’aurez compris, jusqu’au bout, les fidèles auditeurs de Media Tropical seront malmenés et triballés ci et là par une petite caste qui se veut plus maligne.  

 

    Nous espérons que le C.S.A stoppera cette idéologie d’un nouveau genre qui construit son angle de bataille sur la chasse aux Africains et de tous ceux qui, parmi les Antillais ne veulent pas arborer ces habits de la division et de la haine stupides.
    A Claudy,tchembé red ti mâle !
 

 

       

 

      Sé on gwo désod ki ka mété on lod !  

 

       

 

       

 

anti_bug_fck

Posté par MBOA à 01:26 - COMME JE LE PENSE - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire