Esprits Libres: votre Magazine LES EMISSAIRES NOIRES DE SARKOZY - MBOA

MBOA

La vérité est comme les fesses, on est obligé de s'asseoir avec

24 juin 2007

LES EMISSAIRES NOIRES DE SARKOZY

 

    arton929.jpg
    Dans ma lecture dominicale, je tombe sur un forum chez Grioo, où le professeur Lucien Pambou se fait, fort heureusement d’ailleurs, incendié par des Noirs qui ont compris que la finalité du combat n’est pas la présence dans un gouvernement ou l’administration. Et la place de Rama Yade n’est même pas à envier si l’on compare avec des gens comme Gaston Monnerville pour ne citer que celui-là.
 

 

    Je fais partie de ceux qui pensent et disent la chose suivante, pour résumer la pseudo représentativité des "minorités" dans le gouvernement Sarkozy. Rama Yade, comme les autres, sont des alibis, des écrans de fumée, comme on n’en fait depuis des lustres pour masquer une réalité politique, je dis     politique,  bien franco-française : la haine profonde des     minorités. La politique française, de tout temps, est basée sur son rejet de tout ce qui est Noir, n’en déplaise au professeur Pambou. Nos frères Antillais ont été amenés dans les territoires, pour ne pas "souiller" la métropole par exemple.
De plus, les régimes Nazis incorporaient aussi quelques juifs, mais cela n’enlevait en rien, la monstruosité de ces régimes à exterminer les juifs et d'autres personnes qui ne correspondaient pas à l'imagerie naziste .
 

 

    Pas vos compétences, mais votre courtisannerie.
   
En aucun, moment, il n’est question de remettre en cause, les compétences livresques des uns et des autres. Il ne manquerait plus que cela sinon l’injure serait encore plus grossière à l'encontre de leur "intellect". Ceux des Noirs qui sont "incorporés, phagocytés", ne peuvent qu’être compétents dans leur domaine. Pour peu que l’on soit un tantinet logique, cohérent, ceux qui, comme Pambou Lucien (lire texte ci dessous), brandissent l’argument de l’injure des Noirs à l’endroit des autres Noirs, pour se défendre de leur qualité de faire-valoir, de vitrines, dans un système foncièrement negrocide, s’aviseraient avant de prendre cet axe de défense qui prouve si besoin était que : "diplômé"ne     veut pas forcément dire "intelligent". 
 

 

    Croire que l’entrée dans un gouvernement français est la finalité pour les Noirs en     France, comme le suggère la plaidoirie de Pambou Lucien, montre que le combat de la dignité ne se gagne pas forcément par des étiquettes "d’intellectuels" et que le respect du Noir est loin d’être chose acquise avec de tels "ambassadeurs". Quelle misère !  

 

    Ce n’est pas parce qu’une Noire est diplômée et a intégré un gouvernement, que les Noirs doivent jubiler et s’aligner derrière cette personne. Ce mode d’adhésion porte bien un nom, cher professeur Pambou, que vous n’omettez pas, je suppose, de dire à vos élèves.  

 

    Une fois de plus, et dommage de voir que celui qui critique le manque d’indignation des Noirs sur des sujets graves (je suis d’accord avec lui sur ce point), semble être le plus patent et saisissant exemple de cette incapacité. La courtisanerie et la mangeoire obligent.  

 

    Des Noirs comme Toussaint Louverture, Félix Eboué, Aimé Césaire, et j’en passe trouvent encore à ce jour une adhésion massive de leurs frères et soeurs, non pas sur la base de la "noiritude"(1) et de leur présence dans l’administration française ou des diplômes, mais sur la base de leur capacité à combattre pour la dignité du Noir.  

 

    La capacité d'indignation qui caractérise le professeur Pambou pour soutenir des thèses fantaisistes, pourrait bénéficier aux Congolais qui souffrent le martyr  par les agissements de Sassou Nguesso et Total Elf. A moins qu'il ne soit vraiment pas au courant de cela.  

 

    (1)      J’ai préféré utilisé ce mot, qui colle bien à l’idée du professeur Pambou et qui est loin d’être le combat de la     dignité du Noir symbolisé par le mot "Négritude" cher à A. Césaire.
   

 

 

         Réponse à tous et quelle désolation !
           pambou ( Mercredi 20 Juin 2007 22h22 )
   

 
       

      
Ce 20 juin, au journal des auditeurs d'Africa n°1 présenté par Jules Hadji Komlan, j'ai insisté sur la formation et les compétences professionnelles de Rama Yade et sur le rayon d'action qui va désormais être le sien en tant que secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères et aux Droits de l'homme. Je suis triste et désolé, d'abord en tant que noir citoyen de la République et membre de l'UMP car pour cette dernière attribution je connais Rama depuis fort longtemps, moi en tant que membre du Cercle de la diversité républicaine au sein de l'UMP et elle en tant que secrétaire nationale de l'UMP en charge de la francophonie.
      Allons à l'essentiel.
Au lieu de se réjouir de la nomination de Yade, et comme je l'ai dit cette nomination ce n'est pas l'arbre qui cache la foret mais qui l'ouvre au nom de la compétence. Force est de constater que les noirs que nous sommes, malgré notre prétention intellectuelle, malgré nos belles envolées lyriques sur la solidarité africaine qui n'est que théorique, malgré notre incapacité à exister de façon collective sur des compromis car la communauté noire n'existe pas, nous affichons une constance : le noir n'aime pas l'autre noir car l'esclavage a opéré un travail de sédimentation névrotique distinguant le noir des villes et le noir des champs. Je dépasse le simple cadre de la jalousie qui n'appartient pas qu'aux seuls noirs. Mais, nous sommes les premiers à nous plaindre des discriminations envers les communautés noires. Nous sommes les premiers à crier à la menace du loup blanc. Mais nous sommes les derniers à reconnaître que le mal est en nous. Nous ne nous aimons pas beaucoup. Les discours de façade, ça suffit. Individuellement, nous essayons de réussir et nous réussissons pour cretains d'entre nous dans la société française. Mais pourquoi diable, dès lors que l'un ou l'une d'entre nous accède à des responsabilités, nous ne pouvons pas en être satisfaits ? Quelle malédiction ! Revenons sur un sujet, l'immigration, pour bien montrer le degré de malédiction dont nous sommes victimes. Dans certains pays africains, d'autres africains originaires de pays différents ne sont pas les bienvenus. Et pourquoi cette langue de bois au nom de la solidarité fictive ? Nous critiquons la France, mais nous sommes contents d'y être. Les uns disent que c'est le prix que la France doit payer pour son comportement esclavagiste, pour les autres, c'est la terre des Droits de l'homme. Les deux arguments se valent, mais tout de même, soyons sérieux, au nom de la citoyenneté, et acceptons que Rama accède à ce haut poste de la République sans prendre ombrage de cette nomination. J'agis toujours à visage découvert. Certains d'entre vous me connaissent, j'ai été le premier secrétaire général du CRAN et j'ai toujours été membre de l'UMP et malgré la non réussite de mes amis de la diversité aux élections législatives, nous sommes certains à aller à la bataille pour les élections municipales, quelques soient les difficultés. Les noirs, que nous sommes, sommes des braillards, toujours prompts à critiquer mais jamais dans le combat politique. Rien n'est facile dans la vie. Où sont-ils ces noirs qui hurlent au loup et qui ne se rassemblent pas dans les partis politiques à droite comme à gauche ? C'est vrai qu'on ne nous invite pas à danser le dombolo, je suis sur que nous y serions très nombreux. Tout de même. Est-il normal de penser qu'en braillant, qu'en tendant la main, qu'en disant que nous sommes victimes, qu'on sera écouté ? Il n'y a pas que les noirs dans la République. Les autres populations, asiatiques, maghrébines, etc., savent articluer la subtilité du particularisme et de l'universalisme, or nous noirs, acculturation quand tu nous tiens, déstructuration mentale oblige, nous nous arrêtons uniquement sur l'universalisation de la République alors que les profils et les comportements doivent être plus subtils. rama n'a pas de compte, ni d'excuse à rendre et à faire à qui que ce soit. Elle est française, noire, compétente. Sarkozy en la choisissant décline ces critères que la gauche a souvent oubliés. C'est normal puisque pour la gauche le noir n'est rien, simple alibi politique, je ne suis pas naïf, pour la droite c'est aussi le cas mais avec un peu plus de subtilité stratégique. Le débat est nécessaire dans la République, le militant politique de l'UMP que je suis et, pour ceux qui me connaissent, est prêt à croiser le fer sur ce terrain de la "discutation" au sens hégelien du terme,. Réjouissons-nous de la nomination de Rama, soyons nombreux à participer à la vie politique de ce pays, n'attendons pas toujours en retour, au nom de la théorie de la mangeoire comme c'est souvent le cas chez nous en Afrique, d'avoir des postes après avoir mouillé son maillot pour un candidat, la raison tient au fait qu'avant d'être militant il faut avoir une fonction professionnelle et sociale pour éviter en cas de victoire de votre parti la courtisanerie. Rama est une fille bien. Il faut se féliciter de sa nomination, ce n'est pas l'arbre qui cache la foret mais qui l'ouvre pour les peties filles et petits garçons noirs qui vont la regarder à la télé. C'est un exemple parmi d'autres et malheureusement les populations noirss manquent d'exemple à l'heure de la communication et de la démocratie télévisuelle. Evidemment, vos réponses et remarques seront les bienvenues.
      
      Lucien Pambou
      Professeur d'économie
      Diplomé Sciences Po Paris
      Administrateur du CRAN
Membre de l'UMP, Vice Président du CERFA (Cercle d'étude et de réflexion des franco-africains) et du CDR (Cercle de la diversité républicaine au sein de l'UMP)
      
      Source:http://www.grioo.com/article-disc.php?aid=10648&page=1 (Commentaire 8 dans les réactions)
   

 
 

       

 

anti_bug_fck

Posté par MBOA à 15:16 - VU et LU ailleurs - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

  • Les essorés de l'archéocervelet

    La "Blanche2France" me semble sortir tout droit des arcanes de la remise au goût du jour d'une réflexion générée par des esprits sévèrement perturbés. Les allusions à la sexualité prétendument débridée de l'Africain et sa nonchalance, ô combien légendaire, rendent bien compte de la fragilité du profil de ceux qui se découvrent opportunément la légitimité d'aborder ces questions sous une optique psycho-anthropologique dont ils sapent les fondements à l'envi. La personne qui dit être "Blanche2France" se livre à son instinct grégaire pour décliner des choix suspects d'institutionnaliser la compartimention sociale, avant de clamer son amour éperdu du cliché, héritage malheureux de quelque idéologie certes simplette, mais à même d'agréger des profils peu enclins au dépassement. Fort heureusement, les Français, dans leur très grande majorité, ne sauraient s'accommoder d'une analyse aussi hasardeuse qu'indigente.
    Quant à M. Le Professeur, Lucien Pambou, il trahit l'instabilité d'une identité dont il est le siège pathétique, au travers de déclarations d'une légèreté insoutenable. La petite glose à laquelle il recourt sert un fond en quête laborieuse de substance, pour asseoir une autorité éthique, intellectuelle, politique... mais en vain.
    Cette course effrénée à la participation au casting permanent est, au détriment des valeurs qui fondent les aspirations des personnes qui s'y mettent, simplement pathétique.

    Posté par JusteBBL, 22 décembre 2007 à 06:29
  • bcoup de blabla l homme noir on veut vous voir sur le terrain engager vous ! merci

    ah les hommes surtout les noirs toujours entrain de se masturber l'esprit, vous n'êtes jamais satisfait, on peut vous donner l'or et le miel vous serez toujours entrain de geindre comme des enfants, fuyant comme toujours le sens de responsabilité, osez, quittez votre mode de pensée, acceptez de vous mélanger sans la peur qui vous retient dans votre subconscient, seul le combat libère et non les murmures, s'il pouvait y avoir plus de noirs dans les mouvements politique les choses changeraient pus vite, mais les hommes noirs préfère la bibine les ganda se faisant des guerres intestines entre eux, ah les hommes soyez dans l'action et nous serons fière de vous arrêtez les blabla féliciter ceux et celles qui on le courage d'aller au front, nos enfants ont besoin de repères et non de blabla

    Posté par yelo, 10 juillet 2008 à 02:33
  • juste pas mal

    o faite j'ai pas grand choseàdire juste cool.
    je suis avec l'un des t'es meillleur element pygno

    Posté par yannickson, 02 août 2008 à 21:05
  • Quelle Tristesse

    Je "balance" ce commentaire un peu tard, je suppose. L'actualité du sujet s'étant refroidi. Le Pr Pambou, fait du moins étalage dans son texte, d'une myopie intellectuelle. pour deux raisons:
    -la "promotion" de Mme Yade au gouvernement reste le fait du prince; et en tant que tel, elle n'est donc pas le signe de l'importance accrue d'une communauté (en l'occurence les noirs) dans notre société. Car le fait du prince, on le sait bien ne répond qu'à la volonté de ce prince (les critères subjectifs); d'ailleurs dans cette logique, le président actuel n'est pas un pionnier dans le genre; car avant Mme yade, il y'avait bien d'autres "noirs" dans les gouvernements en France; Souvenez vous de Koffi Yamgnane ou de Roger Bambuck; Si le pouvoir actuel voulait être différent des autres sur cette question, pourquoi n'a t-il pas investi aux législatives un candidat noir dans une circonscription gagnable? l'adhésion, le vote majoritaire d'une population pour un tel candidat aurait été, à mon sens, un vrai signe que les noirs peuvent se faire une vraie place au soleil de la politique française. On en est pas encore là et le Pr Pambou sait très bien les arguments avancés dans son parti, comme du reste dans d'autres pour ne pas arriver à cette situation favorable que je mentionnais plus tôt.
    le deuxième raison pour laquelle je condamne l'argumentaire du Pr Pambou, c'est le fait qu'une bonne partie de son raisonnement parle de "compétence" pour justifier l'entrée de Mme yade au gouvernement. Quelle compétences? diplômée de Sciences pô? C'est certes resectable, mais il y'en a combien en France, des noirs et d'origine africaine? certainement des milliers. administratrice du Sénat? là aussi il y'en a une certain nombre; Là où je m'attendais à ce qu'on parle de compétences, ce serait dans les fonctions qu'elle occupait dans le bureau de l'UMP; secrétaire nationale à la francophonie, si je ne me trompe pas; pourquoi ne lui avoir pas donné le porte-feuille correspondant au gouvernement? il ya bien un secrétariat d'Etat à la francophonie non? Bockel, qui y est, ne sait pas lui-même ce qu'il fait, juste de servir de symbole à l'ouverture; d'ailleurs il passe plus son temps à chercher à assurer sa réelection à la mairie de Mulhouse qu'à s'investir dans cette charge. Pourquoi Mme Yade, dont on disais qu'elle connaissais ses dossiers n'y a pas été envoyée;
    certainement parce que, plus qu'à ces compétences, c'est son image qui interesse; et quand, de l'image ils n'auront plus besoin, elle sera renvoyé; Sans que la place des noirs dans l'arène politique n'ait évolué.
    Après, elle, comme le Pr Pambou viendront nous expliquer encore la grande "philantropie" envers les noirs et les africains en particulier, qu'ils trouvent à ce gouvernement. Nous les attendons

    Posté par Geobino, 22 septembre 2007 à 10:59
  • Pas tard du tout

    Il n'est jamais tard pour des contributions aussi construites.
    En effet Lucien Pambou confond avoir des diplômes et compétences. C'est plutôt dommage. Mais quand on connaît l'esprit de certains "diplômés" attirés par la gloire éphémère de l'affichage, on ne s'étonne plus.

    Posté par MBOA, 22 septembre 2007 à 17:25
  • Ras le bol...

    du misérabilisme, des pleurnicheries et de la discrimination dite "positive" mais tout simplement discriminatoire en faveur des pseudo"minorités".
    Vive l'intelligence, le travail, le courage! Tout le restant est du foutage de gueule. Si les renois ne sont pas capables de s'autoréguler en matière de reproduction humaine (taux de natalité extrêmement trop élevé, irresponsable et indécent), de s'auto-gouverner et échapper aux régimes corrompus, qu'ils s'auto flagellent et arrêtent de se défausser sur les autres peuples. Prenez-vous en charge, arrêtez de baiser sans capote, ni pillule, ,imposez vous un seul enfant par femme, bossez un peu, cultivez la terre au lieu de dormir dessus, plantez les graines au lieu de les bouffer, construisez, inventez, commercez, sortez du carcan archaïque religieux musulman et le monde vous semblera vivable, le monde vous appartiendra à vous aussi.Vous pourrez enfin être fiers de vous mêmes, fiers d'être par vous mêmes.

    Posté par Blanche2France, 13 octobre 2007 à 15:58

Poster un commentaire