Esprits Libres: votre Magazine L'ART DE LA NEGATION DE LA COLONISATION: l'aveu qui endort. - MBOA

MBOA

La vérité est comme les fesses, on est obligé de s'asseoir avec

27 juillet 2007

L'ART DE LA NEGATION DE LA COLONISATION: l'aveu qui endort.

h_9_ill_939590_148795

Le président français Nicolas Sarkozy a exposé, jeudi 26 juillet à Dakar, sa vision d'un nouveau "partenariat" entre la France et l'Afrique, appelant celle-ci à s'engager vers la bonne gouvernance et à ne pas "ressasser le passé", tout en reconnaissant que la colonisation avait été une "grande faute". Lire la suite sur www.lemonde.fr.

Au Sénégal, le chef de l'état vient de faire la démonstration de l'art de la négation en prenant le soin d'enrober celle-ci avec des mots savamment choisis. Dissection de l'enseignement du dolorisme aux Africains. C'est comme si vous alliez à Auschwitz et dire que le nazisme  seul ne peut expliquer les dégâts commis.

Nouveau Partenariat

Toute la panoplie du vocabulaire mensonger, dolosif est en marche. Depuis quand existe l’ancien partenariat ? Ainsi parler de partenariat consiste à mentir aux Africains qu’ils sont considérés par lui comme alter ego. Quel grand exercice de roublardise grandeur nature!
Lisez ne serait-ce que les « servitudes du pacte colonial » pour comprendre ce qu’est l’ancien partenariat dont il est question.

 Aveu ou discours politique (Mensonge endormant) : Colonisation faute grave

 Celui qui, il y a quelques jours glorifiait les bienfaits de la colonisation, regrettant d’ailleurs qu’elle ne se poursuive, changerait-il subitement de propos ?
Il faut reconnaître que le président français aime bien entretenir, cultiver la confusion, ce qui lui vaut d’ailleurs le doux et joli sobriquet de professeur Confusius. Mais de là à se renier, il ne faut pas se laisser abuser. Cette reconnaissance de la colonisation comme « grande faute » est un leurre, un de plus. Mensonge, d’abord pour calmer la presse dissidente locale et la population qui ont copieusement hué le nouveau chef de Abdoulaye Wade, ensuite pour continuer à endormir les Africains en leur inoculant des anesthésiants pour les empêcher de désacraliser les relations de dupes entretenues depuis des lustres.

 « Faute grave » : Tuer des peuples est une faute ?

 "Je ne suis pas venu nier les fautes ni les crimes, car il y a eu des fautes et il y a eu des crimes"
Preuve que le président Sarkozy ne se renie pas et qu’avec un peu de patience, on finit toujours par retrouver le négrophobe caché en lui et chez tous ses amis Max Gallo etc..
Dire qu’il n’est pas venu nier les fautes et crimes est la preuve même qu’il nie chaque jour que dieu crée, ces actes. Cela suppose qu’il se sent coupable d’un propos négationniste tenu quelque part.
Prononcerait-il une telle grossièreté devant le CRIF par exemple ? NON.

Qualifier la colonisation de faute grave est un euphémisme, un diluant, une négation même des crimes commis au nom de a colonisation. Le président Nicolas Sarkozy est resté fidèle à son discours d’investiture et à sa vision de l’histoire qui consiste à considérer les cadavres qui jonchent les voies de la civilisation occidentales comme de simples faits sans grande gravité.

Les ravages de la colonisation en termes humains et économiques sont de loin plus graves que ceux du nazisme et dire que la colonisation est un "grande faute", reviendrait à conclure que le nazisme avait lui été une "faute mineure".

 Cet enseignement du dolorisme aux Africains ne date pas d’aujourd’hui et ne sera pas prêt de s’arrêter si les Africains eux-mêmes n’y mettent pas un terme. Vous faire souffrir est bien pour vous est la devise des pratiques faites sur le continent noir par les idéologues.Ceux des incrédules qui ne veulent pas voir, ce que représente ce président pour eux, peuvent toujours continuer à boire ses propos.

 « Faut pas ressasser le passé » : Déni du devoir de mémoire aux Africains

 Vous en faut-il plus pour comprendre que le prestidigitateur en chef est en plein exercice de négation ? Ne pas ressasser le passé, c’est pourtant le contraire qui vient d’être fait en France, il y a quelques jours avec le 65 émé anniversaire de la rafle de Vel’D’Hiv, avec la célèbre phrase de son premier ministre "Leur faute n’est pas votre faute, leur honte n’est pas votre honte, a-t-il poursuivi, s’adressant aux jeunes Français, mais il y a dans leurs actes une horreur qui doit devenir la vôtre, un dégoût qui doit soulever vos coeurs comme il a soulevé le nôtre."

Ce qui est bon pour un jeune français voire européen, n’est pas bon pour un jeune sénégalais voire africain. Faire passer l’esclavage et la colonisation comme des bienfaits est et restera l’objectif du président Sarkozy et croire une seule parole qui sort de la bouche de l’occupant de l’Elysée, est un acte d’autodestruction.

Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute. Les Africains aiment bien écouter les flatteries de leurs partenaires en chef chez les français, et le résultat on le voit. Voilà  ce que fait le président pour entretenir le "passé", 500.000 euros par an. voir ici

Mais "la colonisation n'est pas responsable de toutes les difficultés actuelles de l'Afrique, Elle n'est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux", ni des "génocides", des "dictateurs", du "fanatisme", "de la corruption et de la prévarication (...), des gaspillages, de la pollution."

 Avec impatience, j’attendais cette conclusion plus que logique de cette logorrhée dolosive et anesthésiante. La conclusion qui désaxe, désarme ceux des intellectuels africains, les progressistes Noirs qui ne voient d’ailleurs aucun rapport entre la colonisation et l’état actuel de l’Afrique.

 Monsieur le président, au point de vous déplaire davantage, la colonisation est responsable de toutes les difficultés actuelles de l’Afrique. Elle a crée, les dictateurs qui ensanglantent le continent, elle a favorise la corruption et tous les autres maux que vous citez pour vous extraire et confirmer somme toute que vous êtes bel et bien en droite ligne de votre idée.

 Ruben Um Myobe, Amilcar Cabral, Sylvanus Olympio, Patrice Lumumba, Thomas Sankara  et j'en oublie volontairement des masses: ces noms comme bien d’autres sonnent comme des produits exotiques à vos oreilles, mais je vais vous dire ce qu’ils représentent. Je le disais déjà lorsque vous parliez de subir l'immigration ici.

Ils sont tout le contraire des maux que vous citez pour dédouaner les ravages de la colonisation et de ses conséquences. Savez-vous exactement ce qui s’est passé avec ces gens ? Ils ont été exterminés, lapidés, torturés par les soins de vos services secrets.

Ces gens avaient pensé une Afrique saine, travailleuse, démocratique et qui discuterait d’égal à égal avec la France et l’occident c’est-à- dire comme "Partenaires". Ce qui avait pour suite logique d’empêcher ce que vous dites vous-même ici  "Le colonisateur est venu, il a pris, il s'est servi, il a exploité, il a pillé des ressources, des richesses qui ne lui appartenaient pas. Il a dépouillé le colonisé de sa personnalité, de sa liberté, de sa terre, du fruit de son travail."
Mais hélas le colonisateur a arraché la vie à ces personnes, pour se faciliter le pillage des ressources et des richesses.

La colonisation est responsable de tout et les maux que vous attribuez aujourd’hui aux Africains, ceux qui aujourd’hui agissent comme dictateurs, fanatiques sont ceux-là mêmes que vous fréquentez et qui vous garantissent l’accès aux richesses au détriment du peuple empêchant la bonne gouvernance. Bien sûr qu'étant  des Africains, il est aisé de brocardé tous les Africains , mais vous oubliez de dire qu'ils sont pour la plupart vos  bras armées sur le continent.

 

Posté par MBOA à 10:49 - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    A quand l'unite africaine,voir mieux encore "noire"?

    s'il y a bien une chose que je n'arrive pas a saisir c'est bien celle ci :"encore combien d'humiliations,d'actes de negrophobie,de negation sur l'histoire noire,d'assassinat tout simplement va t'on devoir endurer avant que l'on prenne conscience que ce gouvernement francais n'est pas cet ami qui nous veut que du bien..."...?...

    Posté par gus, 27 juillet 2007 à 13:41
  • C'est la question qui préoccupe nous autres

    Gus,
    C'est la question qui préoccupent nombre de personnes qui prennent conscience de la situation.
    Si cet ami nous voulait du bien, il y a belle lurette que nous aurons vu les résultats de cette sollicitude.

    Posté par MBOA, 27 juillet 2007 à 15:34
  • peuple élue

    arabes ou noir s'abstenir nous sommes des hetres humains pour eux nous avons aucun droit de réclamer bhl le génie a tout les droits ils peuvent tuer des gens ces de la légitime défensse nous on ouvre la bouche pour dénoncer ces de l'antissimitisme

    Posté par BOUALEM, 27 juillet 2007 à 18:03
  • discours de sarko 1er

    Discours de Nicolaï "bubush" sarkozescu à l'université Cheick Anta Diop de Dakar : UNE INSULTE A L'AFRIQUE!! (cliquez sur un des liens à gauche)

    http://www.senepresse.com/senegal-lesoleil.htm

    Posté par kaalozz, 27 juillet 2007 à 19:35
  • Lutter pour que tout cela cesse.

    Boualem,
    Il ne faut pas attendre que BHL et compagnie te donnent l'autorisation de dire ce qui est bon ou pas bon pour toi. Tu sais faire la part des choses et te fixer ces limites.
    Je suis d'accord avec ton propos, pour que cela change, il faut que nous nous battions pour ce chgt.

    Merci Kaalozz pour le lien, en effet il est assez édifiant de voir le comportement de soumission de Wade envers Nicolas Sarkozy. Comment voudriez-vous que les comportements des gamins changent lorsqu'ils lisent et voient des "courbettes imbéciles" comme celles là.

    Posté par MBOA, 27 juillet 2007 à 19:49
  • Une honte! Niveau d'alerte maximum pou 5 ans minimum

    On ne recommandera jamais assez de se procurer un témoignage direct comme "Bokassa,entrevue défendue", sur les dessous du "partenariat" comme dit si bien Mr Sarkozy.

    http://www.dailymotion.com/video/xudup_bokassa-entrevue-defendu (trouver une version entière)

    Bokassa n'est plus? Qu'importe, Sarko était justement attendu chez Bongo ces jours-ci: "Le président français s'est rendu vendredi au Gabon, dernière étape de sa mini-tournée en Afrique. A Libreville, Nicolas Sarkozy a rendu hommage au chef d'Etat gabonnais Omar bongo, au pouvoir depuis 40 ans." http://www.rfi.fr/actufr/articles/091/article_54556.asp

    Ah elle est belle la rupture!

    Nul doute que Bolloré qui a prété son yacht à Sarko le lendemain des élections va recevoir ses dividendes et bétonner un peu plus la main-mise du groupe Bolloré sur l'Afrique!

    Sarko c'est du pain béni: avec la France décomplexée, les colonialistes décomplexés, la parole négrophobe libérée et la fin annoncée de toute éventuelle future "repentance", les messes basses vont parler tout haut. L'Afrique n'a qu'à ouvrir les oreilles pour bien ouvrir les yeux.

    Posté par Swift, 28 juillet 2007 à 10:12
  • On n'aime çà

    Tu sais que les nôtres aiment ces hommages et qui plus, Bongo passe pour le doyen aujourd'hui, c'est te dire comment tout cela lui va droit au coeur.

    Bolloré et Sarkozy, qui nous disent ne pas faire les affaires juteuses en Afrique. Pauvre Afrique, mais ce qui est encore dommage, c'est l'incrédulité de certains Africains qui croient à la bonté et bons offices de la France et de son leader.

    Posté par MBOA, 28 juillet 2007 à 13:27
  • très bonne vision mboa

    par hasard je tombe sur ce blog et je découvre cet article joliment écrit. Merci pour ce joli travail.

    Posté par pépé, 29 juillet 2007 à 00:42

Poster un commentaire