Esprits Libres: votre Magazine MAMADOU COULIBALY Répond à SARKOZY - MBOA

MBOA

La vérité est comme les fesses, on est obligé de s'asseoir avec

06 août 2007

MAMADOU COULIBALY Répond à SARKOZY

pacte_colonial

J'évoque toujours ici le président GBAGBO comme étant l'une des résistances africaines que d'autres dirigeants africains et que la jeunesse africaine devraient suivre. Mais derrière le président ivoirien se cache un stratège, un fin combattant qui, dans un excellent bouquin que je recommande à cette même jeunesse africaine, a dénoncé les pseudos accords que la France  a coutume d'invoquer pour justifier son pillage de l'Afrique.
D'ailleurs je ne résiste pas à l'envie de vous donner sa citation que j'ai faite mienne et dans laquelle il prévient l'hexagone et ses manoeuvres d'un autre temps en Afrique.

"Mais la France  doit également avoir à l’esprit qu’avec la prise de conscience du peuple de Côte d’Ivoire, et sa maturité politique de 2005, débarrassée des complexes du colonisé des années 60, aucune démarche de passage en force, même par voie diplomatique, ne peut constituer une solution durable à la complexe situation qui est le résultat de la volonté de Paris de mettre au pas la Côte d'ivoire. La jeunesse de Côte d’Ivoire est à l’image de celle du Togo, du Bénin, du Mali, du Burkina, du Sénégal, du Gabon, du Cameroun, du Congo et de tous les pays colonisés en Afrique par la France. Les aspirations de ces jeunes sont les mêmes, et le grondement est identique d’un bout à l’autre de l’Afrique. Jouer à la sourde oreille, ou vivre dans la chimère de la certitude de pouvoir tout contrôler comme dans les années 60, est pour la France Jouer à la sourde oreille, ou vivre dans la chimère de la certitude de pouvoir tout contrôler comme dans les années 60, est pour la France et pour nos dirigeants africains actuels, un risque considérable dont les conséquences sont aujourd’hui difficiles à mesurer."

 

Le Président de l'Assemblée Nationale de Côte d'Ivoire Mamadou Koulibaly répond à Nicolas Sarkozy

 

 

   
Le président de la République française est venu, comme de Gaulle et il a parlé aux Africains. Qu’a-t-il dit au juste ? Il nous a fait une série de propositions et d’analyses. Écoutons-le :

   
    «Ce que la France veut faire avec l’Afrique, c’est une alliance, c’est l’alliance de la jeunesse française et de la jeunesse africaine pour que le monde de demain soit un meilleur monde».
    Le nom de cette alliance est Eurafrique.
La France s’est mariée à l’Europe et nous vous apportons cette Europe de même que nous vous apportons à l’Europe. L’Afrique sera dans la corbeille de mariage de la France avec l’Europe et dans la corbeille de l’Europe avec le monde. Je suis venu vous proposer une place, comme la France sait le faire habituellement. Souvenez-vous par exemple des DOM TOM.
   
    Mais comme vous le savez, l’Afrique est très différentiée. Il y a l’Afrique du Nord. Et il y a l’Afrique noire.
   
En Libye, donc en Afrique du Nord, où je suis passé, j’ai signé des contrats juteux d’exploitation de centrales nucléaires et d’uranium. Des contrats portant sur la défense et autres affaires hautement stratégiques pour mon pays. Avec l’Afrique du Nord, on ne parle ni de morale, ni de développement. On ne donne pas de leçons mais on passe des contrats. On ne lance pas d’appels aux Libyens de l’étranger pour leur retour dans leur pays. On ne fait pas de promesses d’aides publiques françaises à la Libye. On parle affaires. Des contrats, des contrats et encore des contrats. Sur l’uranium, sur la défense, sur le nucléaire. Trade not aid, telle est notre règle.
   
    Avec l’Afrique noire, avec vous, que dire ?
    Je vous ai fait mal, mes bébés.
    Hum ! N’en parlons plus.
   
Mais ne me demandez surtout pas de repentance, puisque vous-mêmes, vous êtes coupables de vous être laissés battre par mes ancêtres. En plus, quand mes ancêtres arrivaient chez vous, vous vous décimiez vous-mêmes déjà sans notre aide. Vous êtes plus coupables que nous.
   
Nous avons commis des crimes contre l’Humanité. Oui, mais vous n’avez rien fait pour nous empêcher. En tout cas pas suffisamment pour nous convaincre que ce que nous avions l’intention de faire était criminel. Vous êtes coupables de non assistance à personne dangereuse et d’assassinat de caractères.
   
Ne rêvez surtout pas à un retour en arrière pour rejoindre votre prétendu âge d’or qui aurait existé dans le passé. Vous n’avez jamais eu d’âge d’or. N’en rêvez pas. Le monde ne marche pas à reculons mais progresse vers l’avenir. L’histoire a un sens. La colonisation a été un crime contre l’humanité, mais mes parents ont proposé aux vôtres l’indépendance, qu’ils ont acceptée.
   
La colonisation c’était l’exploitation de l’homme par l’homme ; l’indépendance est exactement le contraire. Vos historiens et autres anthropologues vous mentent. Je vous le dit ici à vous, les jeunes d’Afrique, à l’Université Cheick Anta Diop.
   
    Devant vos chefs.
    Devant vos profs.
    Devant votre classe politique, gouvernement et opposition réunis.
    Devant vous étudiants, hommes de maintenant et hommes de demain.
   
    Arrêtez de rêver d’un futur qui puisse être le vôtre, à vous tout seuls.
    Maintenant, vous m’appartenez définitivement.
    Arrêtez d’avoir la nostalgie d’un passé qui n’a jamais existé.
    Je vous propose l’Eurafrique.
    Vous entrez avec moi dans les bonnes grâces de l’Europe.
   
    Je vous apporte l’Europe comme hier je vous ai apporté l’Esclavage.
    Je vous apporte l’Europe comme hier je vous ai apporté la Colonisation.
    Je vous apporte l’Europe comme hier je vous ai apporté l’Indépendance.
   
Je vous vois stupéfaits, n’est-ce pas ? Mais je vous apporte aussi les moyens qui vous seront propres pour inventer, vous-mêmes, votre avenir. Oubliez le passé.
    Maintenant, vous ne serez plus seulement à la France, mais à l’Europe.
    La France, c’est votre héritage occidental. La colonisation vous l’a apporté. Aid not trade. Telle est mon offre.
    Ne vous coupez pas de cet héritage. La civilisation européenne vous appartient. A vous aussi.
   
    Renoncez à la tentation de pureté comme nous le faisons en Europe.
    Ne répondez pas au racisme de la France par le racisme.
    Ne répondez pas à l’intolérance de la France par l’intolérance.
   
    Je sais, je vous ai fait mal, mais laissez tomber.
    Allons ensemble dans l’avenir.
Renoncez à la maladie de l’intelligence. Si vous voulez venir chez nous, pas de problème, nous négocierons votre migration. Nous déciderons ensemble, pour vous, comment vous viendrez.
    Pas en citoyens libres, mais en immigrés.
   
Vous rêvez de la Renaissance africaine ? Pourquoi pas ! Après tout, vous avez eu, semble-t-il, l’Egypte et d’autres brillantes civilisations que mes ancêtres ont battues à plate couture et soumis depuis des siècles. Oubliez le passé peu glorieux que vos ascendants vous ont laissé.
   
Nous vous aiderons à la bâtir, cette renaissance, si tel est votre désir. Commencez déjà par prendre notre civilisation comme héritage.
   
Vous voulez la liberté, la démocratie ? Bien. Mais savez-vous que l’Europe est bâtie sur l’égalité, la justice, le droit, la liberté, la démocratie et la libre propriété ?
   
    Je vous apporte ces valeurs universelles.
    Et n’allez pas chercher ailleurs.
    Tout ce que vous voulez, commandez et je vous livre tout de suite.
   
    Nous sommes généreux, nous vous aimons. Ce n’est pas de la pitié, mais c’est notre intérêt.
   
Ainsi nous a parlé Nicolas Sarkozy, le président de tous les Français.

    Que lui dire ?
    Merci Sarkozy.
    Merci pour tes propositions.
   
Mais nous, on veut aller dans le monde par le marché et non sous la protection de qui que ce soit. Nous connaissons le chemin.
   
Le monde, ce n’est pas que la France; le monde, ce n’est pas que l’Europe. Le monde, c’est aussi l’Afrique, c’est aussi l’Amérique, c’est aussi l’Asie. Le monde, c’est ailleurs. Nous voulons choisir librement notre méthode d’y entrer, notre façon d’y participer. Ce n’est pas par dégoût, mais c’est notre intérêt et rien que cela.
   
    L’Eurafrique ? Très bien merci. Mais ça sera vraisemblablement comme par le passé.
   
    Il y a déjà les sommets franco-africains.
    Il y aura des sommets Eurafricains.
    Il y aura une bureaucratie Eurafricaine, comme il y a celle des UE-ACP.
   
    Nous n’avons plus du temps à perdre à négocier lors de sommets de Chefs d’Etat.
    Nous allons directement sur les marchés librement avec nos besoins et nos moyens.
    Nous ne voulons plus être marchés captifs de qui que ce soit.
Nous voulons redevenir libres. Il ne s’agit pas d’un retour à un quelconque âge d’or. Il ne s’agit pas d’une option pour nous, mais de notre survie.
   
    Il s’agit d’être simplement des humains, de vivre comme tels et d’être traités comme tels.
   
    Nous ne voulons pas de traitement de faveur.
    Nous voulons avoir notre liberté de choix.
    Nous voulons tirer profit des droits imprescriptibles que nous avons d’être propriétaires de nous-mêmes en tant qu’humains.
   
    Nous voulons être libres dans la mondialisation, comme nous ne l’avons jamais été sur les marchés des esclaves.
    Sur les marchés coloniaux.
    Dans le pacte colonial.
   
Nous ne voulons pas aller sur les marchés mondiaux enchaînés par des accords protectionnistes ; ni avec la France, ni avec l’Europe.
   
    N’est-ce pas vous qui avez dit que l’Afrique ne comptait pas pour la France ?
    N’est-ce pas vous qui dites aussi que le Niger, avec son uranium, compte énormément pour la France ?
    Savez vous que le Niger est un pays d’Afrique ?
   
La duplicité de votre langage ne nous rassure guère. Vous parlez d’amour là où le monde parle d’intérêt et d’intérêt là où le monde parle d’amour.
   
    Nous ne voulons plus de cette protection infantilisante qui vous donne le droit de vouloir:
   
    Tout faire pour nous.
    Tout faire avec nous.
    Tout faire par nous.
    Tout faire sans nous.
    Et au bout du compte, tout faire contre nous.
   
    Nous ne voulons plus des accords léonins qui, sous prétexte de vouloir nous aider, nous font plus de mal que de bien.
   
    Nous voulons que Sarkozy
    nous laisse faire,
    nous laisse passer.
   
    Nous voulons que la France
    nous laisse faire,
    nous laisse passer.
   
    Nous voulons que l’Europe
    nous laisse faire,
    nous laisse passer.
   
Nous voulons que le monde nous accueille comme nous sommes, tels que nous sommes et non comme la France veut que nous soyons ou que l’Europe voudrait que nous soyons.
   
    Nous connaissons le mode d’emploi de la mondialisation. Aucun épouvantail ne nous fera renoncer sur la route de la liberté.
   
    L’Eurafrique ?
Pourquoi pas. Merci pour votre offre. Mais nous sommes déjà dans le monde sous le couvert de l’Europe qui agit par procuration de la France. Nous ne voulons pas de la mondialisation des servitudes. Nous voulons celle des libertés. Nous voulons simplement :
    De l’économie de marché.
    De la société ouverte.
    De la société de droit. Ni plus, ni moins.
   
    Sarkozy pourrait-il nous aider dans ce sens ?
    A nous libérez des accords précédents ?
    Ceux des indépendances ?
    Pour enfin nous libérer du carcan post colonial?
   
    Nous ne voulons pas aller dans le monde comme hier nous sommes allés dans l’Europe, par la France.
    Nous ne voulons pas de votre liberté en double standard, et sous surveillance.
Nous ne comprenons pas que nos avoirs extérieurs nets en devises soient déposés au Trésor Public de chez vous. Nous ne comprenons pas que nous soyons perçus comme des contribuables par l’Etat français, alors que vous nous ressassez que la colonisation est terminée depuis belle lurette ?
    Nous ne voulons plus de vos accords de coopération qui ne règlent rien, mais qui pillent tout.
   
    Nous voulons être libres de choisir nous-mêmes notre destin.
    Libres de choisir nous-mêmes qui nous accompagnera et pour quoi.
    Merci de votre sollicitude.
   
    Tu veux que je décide librement ? Soit.
    Mais je ne veux pas que tu sois là.
    Tu veux que je décide librement ? Mais soit.
    Je ne veux pas décider avec toi. Je veux décider seul.
    Tu veux que ma volonté se réalise pleinement ? Oui, je le veux aussi.
    Mais je ne veux pas réaliser mon destin avec toi. Je veux le faire moi-même, sans guide, ni parrain, ni gourou.
Tu veux t’associer avec moi ? Oui, mais ne me demande pas d’être exclusivement à toi. D’être ta chose. Je veux être libre de m’associer avec qui je veux et comme je le veux et quand je le veux.
   
La mondialisation telle qu’elle est faite pour moi ne me plait pas. C’est vrai. Je veux la démocratie. Je veux le droit. Je veux la justice. Je veux la propriété libre. Je veux la liberté.
    Mais je veux aussi la responsabilité.
   
    Nous avons payé trop cher les mirages de la coopération franco-africaine depuis de longues années.
    Cette coopération est étatiste.
    Cette coopération est collectiviste.
    Cette coopération est monopolistique.
    Cette coopération est jacobine et rétrograde.
   
Je crois que l’échange libre est bénéfique et qu’il doit être la règle de mon jeu dans la mondialisation. Je crois que la concurrence est un moyen et qu’elle est mon meilleur atout pour réussir à m’enrichir et à prospérer dans la mondialisation.
   
Les pires des prédateurs qui nous cachent de la mondialisation sont ceux qui viennent s’apitoyer sur mon sort et me considérer comme un grand naïf auquel ils proposent altruisme, protection, aide publique et humanitaire, mais jamais de commerce responsable.
   
Le plus grand des prédateurs pour nous est celui qui nous rassemble dans un enclos que l’on appelle le Pré carré, ou le Champ, et nous propose de jouer soit au loup et à l’agneau, soit au renard dans le poulailler.
   
    Nous croyons que la liberté économique annonce et conditionne la liberté politique.
   
Nous croyons que les esclaves ne peuvent échanger que leurs chaînes. Que le marché est le propre de l’homme. Que nous sommes des hommes et que nous voulons échanger autre chose sur des marchés libres d’accès et de sortie.
   
    Nous croyons à l’économie de marché. Vous vous trompez à notre sujet lorsque vous affirmez le contraire.
   
    Nous croyons au laisser faire et nous nous méfions de toutes les barrières à la concurrence.
   
    Vous craignez l’immigration de la jeunesse africaine en France et en Europe ?
    Vous avez tort.
    L’immigration subie ou l’immigration choisie ?
    Vous posez mal le débat.
    L’immigration relève du droit individuel de circuler et est pour nous une des bases de la liberté que nous recherchons.
   
    La France devrait se demander comment une telle liberté pour nous peut devenir un fléau social pour les Français ?
   
    Pour nous, l’étranger a droit au respect de sa vie, de sa dignité et de sa propriété.
Mais nous savons et nous admettons que l’étranger ne peut avoir tous les droits, car nous savons et admettons qu’il n’y a pas de droits sans devoirs.
    L’étranger doit se soumettre aux règles sociales de la société qui l’accueille.
   
Vous avez le sentiment que certains étrangers ne respectent pas les règles de votre société et ont des comportements anormaux ?
   
Mais ce n’est pas notre faute à nous qui vivons ici dans les pays d’origines de ces immigrés. Les repousser à vos frontières, contrôler leur entrée et sortie de chez vous sont de fausses solutions coûteuses, humiliantes et inefficaces.
   
    Pour vous en sortir, laisser nous vous donner des conseils d’amis et d’alliés.
   
Abandonnez votre Etat-providence, car c’est lui qui attire l’immigré que vous craignez. Les forces d’attraction de chez vous sont aussi fortes que les forces de répulsion d’ici.
   
De nombreux immigrés apportent à la France leur travail, leur talent, leur argent. Nombreux aussi sont ceux qui fuient les dictateurs et les autres régimes liberticides que vous installez chez nous.
   
Mais les plus nombreux, ceux qui sont supposés vous faire le plus de mal, sont ceux qui arrivent chez vous, pour profiter comme de nombreux Français de souche, du parasitisme offert par votre Etat-providence. Je présume que vous le savez déjà.
   
Ceux-là vont en France pour toucher des allocations, pour se livrer à de petits et à de grands trafics, pour profiter des cadeaux qu’offre l’Etat français à ses propres parasites.
   
Les places sont gratuites chez vous et elles rapportent plus que chez nous car votre Etat-providence est plus généreux que les nôtres, et plus riche aussi.
   
Nous croyons que par des relations de travail libre, par l’échange marchand, par le libre échange entre la France et nous, l’immigration trouvera solution. Or vous nous proposez de nous méfier du laissez faire pour nous accrocher au protectionnisme offert par nos Etats-providence rentiers, pâles copies du vôtre.
   
Nous voulons que les immigrés qui arrivent chez vous, vous donnent plus qu’ils ne vous prennent, mais votre Etat-providence leur propose la gratuité pour tout ce qu’ils peuvent avoir. Nous aimons la France pour sa sécurité sociale. Elle nous épargne de faire de grands efforts d’adaptation au monde moderne, d’éduquer correctement nos enfants qui y naissent. Elle nous propose le RMI, les allocations logements, les prestations familiales. Elle nous propose des revenus à peine suffisants pour vivre de façon médiocre sans travailler chez vous. Mais tout cela, vous le savez déjà.
   
Parmi vos immigrés qui viennent de chez nous se trouvent les plus pauvres des immigrés, les plus mal éduqués, les plus délinquants, les plus mal aimés, les plus mal logés.
   
Votre Etat-providence nous offre une couverture sociale complète dans des ghettos, des foyers bruyants et violents que vous appelez «logements sociaux».
   
Les enfants d’immigrés africains vont dans des écoles où l’on n’apprend presque plus rien, pas même la politesse et le savoir vivre français que nous admirons de loin, nous qui sommes restés ici au pays. L’école française ne leur apprend pas même la vertu du travail bien fait, pas même le respect des autres.
   
Nous voulons commercer avec une société française compétitive. Mais votre Etat nous propose des monopoles, des statuts figés, des services publics, des entreprises protégées.
   
Les Africains de qualité comprennent de plus en plus que vivre chez vous, sous la protection de l’Etat-providence les sclérose, ils vont ailleurs pour être plus compétitifs et faire face aux enjeux du monde actuel. Ça aussi vous avez du le constater.
   
Nous pensons que seules des relations marchandes entre la France et l’Afrique révèleront les opportunités d’embauches en qualité et en quantité chez vous comme chez nous. Mais vous semblez avoir peur du marché libre.
   
Nous ne pensons pas qu’il soit dans les prérogatives de l’Etat-providence de dire qui est qualifié pour entrer et s’installer en France pour bénéficier des droits sociaux. Nous croyons au partenariat direct entre les peuples, entre les jeunes, entre les entreprises. Vous aimez plutôt les rencontres au sommet.
   
Nous immigrons en grand nombre chez vous parce que notre vie ici, du fait de votre protection bienveillante et providentielle est misérable.
   
Nous pensons que si vous nous donnez plus de liberté de choix, plus de libertés économiques, la source principale de cette immigration artificielle disparaîtra.
   
Pour vaincre l’immigration qui vous fait tant peur, brisez les enclos dans lesquels sont enfermés les peuples d’Afrique esclaves de votre générosité.
   
Un pays comme le Sénégal a perdu dans les mers plus d’hommes candidats à l’immigration que la Côte d’Ivoire avec sa guerre ces cinq dernières années.
   
    L’immigration est aussi un fléau pour nous tant qu’elle sera organisée par votre Etat-providence.
Pour vaincre l’immigration, abandonnez les Etats-providence, abandonnez les accords de coopération rétrogrades et étatistes.
    Pour vaincre l’immigration, nous vous offrons la liberté économique.
   
    Au lieu de l’Eurafrique, nous voulons la Librafrique.
   
Dans la mondialisation, nous savons que les économies nationales sont en compétition. Nous envisagions aller en compétition avec ce que nous avons. Si vous le voulez bien alors laissez nous faire.
   
Nous envisagions préciser les droits de propriété de base sur nos terres et nos entreprises d’Etat et les rendre aux entrepreneurs privés. Si vous voulez nous aider, alors laissez nous faire.
   
Nous rêvons d’adopter des politiques macroéconomiques qui nous évitent les humiliations du surendettement et des déficits budgétaires insupportables. Si vous voulez le faire avec nous, alors laissez nous faire.
   
Nous voulons arrêter de tourner nos vues vers le passé. Nous voulons regarder l’avenir avec sérénité. Pour cela, nous rêvons de politiques de croissance fondées sur une épargne domestique capable de nous rendre aptes à financer nos besoins d’investissements risqués. Pour cela, nous rêvons d’un système bancaire moderne qui rompe avec la tradition protectionniste de contrôle des changes et des banques centrales non indépendantes des zones CFA. Si vous voulez nous aider, alors laissez nous faire.
   
    Nous voulons plus de flexibilité sur nos marchés du travail. Si vous nous aimez, alors laissez nous faire.
   
Nous pensons que la lutte contre la corruption est primordiale mais qu’elle ne peut réussir qu’en prenant de vigoureuses mesures et en donnant des exemples qui ne mettent personne au-dessus du droit. Si vous voyez ce que nous voulons dire, alors laissez nous faire.
   
Nous voulons que notre prospérité soit bâtie en amitié avec tous les peuples du monde et sans exclusivité. Si vous pensez que le monde est un village planétaire et que la mondialisation est beaucoup moins une affaire d’Etat qu’une affaire de liberté d’échanges, alors laissez nous faire.
   
Si vous voulez un véritable discours de rupture, monsieur le président de la République française alors, en plus de définir la politique africaine de la France, il vous faudra désormais intégrer la politique française de l’Afrique.
   
C’est de la rencontre des ces deux visions sous la contrainte de nos autres relations que naîtra le monde meilleur souhaité par la jeunesse africaine et pour lequel elle est prête à travailler avec toutes les jeunesses du monde. Pour cela, il faut que vous nous laissiez faire.
   
    Les libertés et les droits de l’homme ne se négocient pas. L’autodétermination des peuples est un droit.
    Vous ne pouvez pas garder les démocraties pour vous et cultiver les autocraties chez nous. Arrêtez de le faire.
    Le marché ne peut pas être pour l’Europe et les bureaucraties pour l’Afrique. Arrêtez de le concevoir.
   
    Encore une fois merci d’être venu et d’avoir parlé comme vous avez parlé.
   
Votre discours avorté de rupture donne une occasion de rupture effective à la Jeunesse d'Afrique si discourtoisement interpellée par vous à Dakar le 26 juillet 2007. Vos désirs de rupture d'avec les vues de vos prédécesseurs ne nous intéressent pas, d'autant qu'ils n'iront jamais jusqu'à la remise en cause des fondamentaux de la traditionnelle politique africaine de la France. Par contre, nous avons avec la mondialisation l'occasion de rompre avec le modèle de coopération que la France nous propose. Merci de nous avoir donné l’occasion de vous le dire.
   
Parce que nous avons compris que, si pour le moment, la rupture, ce n'est pas pour vous, nous vous indiquons que c'est avec vous, nouvelles et anciennes élites françaises, que nous, jeunes d'Afrique, nous rompons.
   
    Mamadou Koulibaly, Président de l'Assemblée Nationale de Côte d'Ivoire
    in Le Messager (Douala, Cameroun) le 06 août 2007
 

Posté par MBOA à 19:00 - FRANçAFRIQUE - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

    REACTION

    C'est une très bonne approche. Je pense qu'il aurait fallu ne pas négliger ces jeunes du fait de leur culture exotique (L'HISTOIRE)

    Posté par capitus, 23 juillet 2008 à 18:31
  • lève toi, toi qui dort

    LAURENT GBAGBO LE CALMANT DE LA FRANCE

    Fin de la colonisation, ça suffit les temps ont changé, les hommes ont aussi changé. L’Afrique s’est levée en occurrence la cote d’ivoire à travers la personne de LAURENT GBAGBO. La France ne viendra plus nous dicter ses lois et ses principes, car nous savons que la France est une lionne en carton grâce à LAURENT GBAGBO. Je déplore encore les autres pays africains qui se laissent berner, duper, exploiter pour des intérêts sordides par la France . A tes résolutions répondra le succès, répond à l’insensé selon sa folie de peur qui ne se dise sage, j’ai fais un rêve et j’ai vu les noirs avec les blancs (OBAMA). Les ivoiriens sont prêts à défendre leur pays becs et ongles jusqu’à l’obtention de l’indépendance économique, c'est-à-dire plus de francs CFA sous la tutelle de la France.Les élections présidentielles auront belle et bien lieu et son excellence LAURENT GBAGBO remportera la victoire, parce que la france n'aura pas de pouvoir pour mettre la personne qu'elle veut.
    Je lance un ultimatum à la France de n’est pas se mêler de près ou de loin aux élections présidentielles en COTE D’IVOIRE, si elle s’amuse à le faire et si une guerre éclate encore dans mon pays la COTE D ’IVOIRE, elle va subir des attentats dans toute la France , parce que moi j’ai un seul pays, j’aime mon pays, je suis fière d’être africain, je n’envisage même pas aller en France ça ne m’intéresse pas et même si on me donnait tout l’or du monde. Son excellence LAURENT GBAGBO est le choix du peuple à l’unanimité. La COTE D'IVOIRE n'est pas une zone rouge comme laisse croire les medias français. Son excellence LAURENT GBAGBO est le roi DAVID de ce siècle, c'est mon ami, même si je ne l'ai jamais rencontrer en personne.

    Vive la COTE D ’IVOIRE et vive son excellence LAURENT GBAGBO président de la république de cote d’ivoire que la France veule ou pas.





    ABOU FAYED



    0022566042403

    Posté par abou fayed, 07 septembre 2009 à 11:49
  • leve toi,toi qui dort

    je suis d'accord avec abou fayed quand il dit que,il ne veut pas que la france se mele aux elections en cote d'ivoire et que laurent gbagbo est le choix du peuple a l'unanimite.c'est vrai,mais des qu'ils sont presidents ils oublient la population qui les a elu.ils deviennent des dictateurs(pareil pour les autres presidents africains).ils ne pensent qu'a eux et leur entourage,et la population meurt de faim.meme pour faire des ecoles,des hopitaux,des routes etc...c'est un probleme.quelle est cette mechancete de la part de gbagbo qui a decu toute la population ivoirienne?les problemes sont la,mais on y pense pas.la cote d'ivoire est un pays riche quand meme.je dis merci aussi a dieu,heureusement que la mort existe.on a vu mobutu le baobab,qui est mort dans la misere.voir sur www.youtube.com l'enterrement de mobutu,la misere.on compte sur vous et vous nous decevez,je parle des dirigeants africains.
    franchement c'est la honte.des que tu as de bonnes idees,on te tue.la france n'a rien fait parceque c'est ton frere noir qui te tue.c'est ecoeurant et j'en souffre.meme si le blanc t'envoie pour tuer ton frere,refuse de le faire.que dieu nous protege.

    Posté par adou, 30 juillet 2010 à 10:44
  • quand on aime son chien on l'accuse de rage

    je ne comprends pas ceux qui disent que gbagbo n'a rien pendant 10 ans de rebellion; voilà quelqu'un qui est venu au pouvoir aussitot qui a connu une rebellion et a qui on a dit de partager le pouvoir avec des rebelles qui ne savent meme pas lire et ecrire et ceux qui se disent aussi opposants et qui sont aussi dans son gouvenement et qui font a leur tete vue tout ce que je viens de citer vous etes a mesure de lui demander des resultas ? vous etes de mauvaise fois vous etes tous comptables .Pourquoi vous ne lui avez pas laisser seul travailler puisque c'est lui seul qu'on avait elu. Maintenan vous avec vos kalach vous pensez que vous allez gouverner la cote parceque soit disnat que vous avez la communauté internale derrière vous? ne revez pas. vous avez instaler la guerre elle ne prendra pas fin de sitot et vous allez attendre longtemps (trop pressé arrive tard)

    Posté par keme, 14 décembre 2010 à 00:21
  • soutenons laurent gbagbo pour la liberation de la ci et meme l'afrique

    il y a 8 ans la france nous a imposé la rebellion soutenue en cachette avec l'aide de l'onu et voila maintenant elle est devoilée. Une de plus elle veut nous imposer ouattara le mentor de la rebellion. Gbagbo laurent dit non au pillage au vol de la france. Il a lutté et lutte pour la liberation de la cote d'ivoire il est la solution de l'afrique ne laissons pas distraire par qui que ce soit. Vive la ci vive gbagbo

    Posté par youl, 16 décembre 2010 à 09:48
  • Mondialisation oblige, il faut abolir les frntières territoriales mais garder...

    Monsieur Mariyus NOKO NGELE
    C°/ Quai du BATELAGE N°5/182
    B – 1000 BRUXELLES
    ROYAUME DE Belgique


    A Monsieur BAN KI MOON
    Secrétaire Général des Nations Unies
    UN PLAZA, 10017 NEW YORK – NEW YORK
    Etats-Unis D’Amérique (USA).

    Mes réf : Ma/BE 01 LM / FIN / ONU
    Dossier de la Cour Pénale internationale Dossier réf: OTP-CR-157/ 07
    CONCERNE :
    DENONCIATION DE LOUIS MICHEL, COMMISSAIRE EUROPEN COMME ETANT LE CHEF D’UNE ORGANISATION CRIMINELLE « CDI/CDE » QUI VIOLE LA CHARTE DES NATIONS UNIES ET VOLE SES RESSOURCES AUX MOYENS D’IMPOSTURES.
    OBJET :
    JE DEMANDE VOTRE INTERVENTION PERSONNELLE DE GARANT DE LA PAIX DE NOTRE PLANETE POUR RETABLIR L’ORDRE PUBLIC INTERNATIONAL PERTURBE, EN METTANT MONSIEUR LOUIS MICHEL HORS ETAT DE NUIRE.

    Copies transmises pour information à :

    - Monsieur le Procureur MORENO-OCAMPO à la Cour Pénale Internationale
    - Monsieur le Secrétaire Général l’Union Africaine (UA),
    - Monsieur le Président du sénat Congolais RDC et commissions,
    - Monsieur le Président du Parlement Congolais RDC et commissions,
    - Monsieur le Président de la Cour Internationale de Justice de LA HAYE (Garant de la légalité du CDI, en vertu des dispositions de la Décision 1/92 du Conseil des Ministres ACP/CE du 15/12/1992),
    - Monsieur Geert Hanz Pottering, Président du PE, Groupes et Commissions du PE
    - Monsieur Barroso J.M, Président de la Commission Européenne et Membres du Collège,
    - Monsieur Armand De Decker, Président du Sénat Belge,
    - Monsieur Herman Van Rompuy, Président de la Chambre des Représentants Belge,
    - Messieurs les Ambassadeurs ACP et ressortissants ACP vivants en Europe,
    - Monsieur Yves Leterme, formateur du prochain ( ?) gouvernement Belge,
    - A tous les Chefs des Partis politiques Belges.
    - Madame Edith Cresson
    - Messieurs les Présidents des syndicats belges,
    - Monsieur le Président du Patronat belge,
    - Messieurs les Rédacteurs presses, journaux et médias.
    - A vous tous présents et futurs !

    Monsieur BAN KI MOON
    le Secrétaire Général des Nations Unies,

    J’ai l’honneur de vous adresser la présente en votre qualité de garant de la paix , de la sécurité et du respect du droit international et de premier protecteur de toutes les organisations internationales et leurs agents diplomatiques en vertu de la Convention des Nations Unies sur la prévention et la répression des infractions contre les personnes jouissant d’une protection internationale, y compris les agents diplomatiques, adoptée par l’Assemblée Générale de l’ONU le 14 décembre 1973 ( Résolution 3166 – XXVIII ).
    Et je vous prie de trouver en annexe copie de ma mise en demeure sous huitaine du 08 aout 2007 a Monsieur LOUIS MICHEL , actuel Membre de la Commission BARROSO en Charge des Affaires ACP/CE , qui a également dissimulé la vérité aux Nations Unies , ainsi que le dossier de pièces et de preuves que j’ai communique également à la Cour pénale de Justice de la Haye avec mon courrier recommandé du 24 Aout 2007 à Monsieur LOUIS MICHEL au sujet des suites de cette invraisemblable Affaire ….

    Voici les faits pour lesquels, je demande votre intervention personnelle afin de faire cesser sans délais les innombrables violations dont Monsieur Louis Michel s’est rendu coupable :

    Le Centre pour le Développement Industriel en abrégé CDI a été créé en 1975 par l’article 36 de la Convention de LOME I. Sur décision 2 / 76 du Conseil des Ministres ACP / CE du 14 Juillet 1976 et de l’Accord de Siège signé le 29 Novembre 1978 avec mon pays le Royaume de Belgique, Bruxelles a été désigné pour accueillir son siège dit « l’Hôtel diplomatique LE ROUGE CLOITRE » sise 52 avenue Herman Debroux à 1160 Bruxelles. L’Accord de siège du CDI approuvé par les deux Chambres législatives belges par la Loi du 09 /02 / 1981 a été publié au Moniteur Belge le 31 / 03 / 1981.
    Entre temps, le 23 juin 2000 l’Accord de Cotonou est ratifié par la Belgique le 15 janvier 2003 et entrée en vigueur le 1er avril 2003 prévoit un certain CDE - CENTRE POUR LE DEVELOPPEMENT DE L’ENTREPRISE -, mais qui dispose en ces Déclarations N° VI et VII relatives au Protocole N° 2 sur les privilèges et immunités, que ce CDE ne sera établi dans son futur Etat d’accueil qu’en vertu d’un Accord de Siège ratifié entre ce CDE et le pays d’accueil. C’est-à-dire dans le cas de la Belgique entre les deux chambres législatives et ce CDE, puis publié au Moniteur Belge. Exactement comme pour l’établissement du CDI en Belgique. Donc à ce stade ce CDE est un PROJET d’avenir !

    C’est à partir d’ici que Monsieur Louis Michel intervient pour tromper le monde entier, y compris votre honneur ainsi que toutes vos institutions, en substituant au CDI son organisation internationale fictive et criminelle le « CDI/CDE » qu’il fait passer pour le CDE de l’Accord de Cotonou, bien que ce dernier soit resté jusqu’à ce moment au niveau de projet jamais encore réalisé.
    Le CDI étant, diplomatiquement parlant, un Etat dans un Etat avec tous les privilèges et toutes les immunités y afférant. C’est donc un authentique COUP D’ETAT que Monsieur Louis Michel, sujet de droit belge a opéré contre un Etat étranger. Une grave violation réprimée par la Charte des Nations Unies dont vous êtes le garant faut-il encore le rappeler ?
    Le 30 Avril 1995 par obligation légale après le départ forcé, par l’omniprésent Monsieur Louis Michel, du dernier Directeur officiel du CD Monsieur Paul FRIX, Monsieur le professeur Abraham Germain KANINDA MBAYI jusque là Expert en charge des relations extérieures et de la communication liaison – Officer ACP / CE avec effet au 01 / 09 / 1992, lui succède en Intérime.
    Aussitôt installé, ce dernier découvre la plus grosse escroquerie et fraude fiscale de toute l’histoire des institutions, œuvre d’orfèvre de Monsieur Louis Michel avec l’aide son organisation criminelle « CDI/CDE ». Il en informe le Parlement Européen qui demande de l’entendre sur cette grave affaire.

    Mais jamais Monsieur Louis Michel le lui en donnera l’occasion, s’ingéniant à empêcher par tous les moyens, Monsieur AGK MBAYI à jouir de tous ses droits et libertés fondamentaux de l’homme allant jusqu’à préparer l’éliminer physiquement de ce dernier (annexe 1).
    Bien que reconnu agent international ou statutaire expatrié arrêt N° 1998 / KR / 569 de la Cour d’Appel de Bruxelles du 31/ Mai / 1998, Monsieur Louis Michel fait vivre jusqu’au moment où je vous adresse ce courrier, au professeur Abraham Germain Kaninda MBAYI un véritable calvaire déshumanisant au quotidien pour sa personne et dégradant vis-à-vis de sa femme et ses enfants, tout cela parce qu’il a eu l’honnêteté et le courage de faire remplir correctement ses fonctions de Directeur Intérimaire du CDI.

    Mes constatations :

    Monsieur le secrétaire Général des Nations Unies, voyez comment le CDI, une organisation paritaire ACP/UE de droit international a été dévié de son louable objectif d’outil de développement et de transfère de connaissance pour devenir les clous du cercueil de plus d’un Milliard d’hommes et de femmes ressortissants des pays membres d’ACP, par la volonté d’un seul imposteur, fait grave : Commissaire européen en fonction.

    Tous les hommes ne naissent ils pas égaux devant la Loi ?

    Votre honneur au-delà de cette affaire d’escroquerie et crime organisé impliquant une personne sensée, en principe, remplir une si Haute fonction de responsabilité internationale, se pose plus que jamais la question de la nécessité de reconsidérer profondément certaines dispositions légales régissant les rapports NORD – SUD, principalement en matière de coopération et transfère des technologies à l’aube de ce 21éme siècle des grands défis ?
    Des Loups sont entrés dans la bergerie vêtus de peau d’agneau. Un d’entre tous se nomme Monsieur Louis Michel l’actuel commissaire européen…à l’Action Humanitaire, transfère de technologie et de Développement :

    En tout et pour tout de l’Action Humanitaire, Monsieur Louis Michel n’a réussi que :

    1. A priver le Directeur Intérimaire du CDI, le professeur de nationalité congolaise Monsieur AGK MBAYI, d’accéder à ses droits, privilèges et immunités du en son rang et statut de fonctionnaire international par un acharnement sans pareil pour empêcher ce dernier d’être entendu par les parlementaires européens sur le scandale « CDI/CDE » qui le leur avait signalé dès qu’il en avait pris connaissance.
    2. A faire jeter dans la rue sans ménagement en plein hiver, le témoin gênant Monsieur AGK MBAYI, sa femme pliée par les douleurs post opératoires de césarienne et par les pleurs d’une fillette d’à peine un mois.
    3. A organiser une tentative de meurtre contre Monsieur AGK MBAYI avec la complicité passive de son ami Bourgmestre de la commune d’Auderghem, Membre du même Parti Politique du Mouvement des Réformateurs (MR) Monsieur Didier GOSUIN, en utilisant un inspecteur de Police de cette même commune Monsieur Guy LUST (annexe 2).
    4. A faire tabasser avec la complicité d’un huissier et d’un véritable commando de la Police de Saint Josse, de ville de Bruxelles, d’autres témoins gênants Monsieur BASEKE BOTIKALA Daniel et son associé EGBOKO ALHONGO dans l’appartement du premier dont il est le propriétaire sans aucun mandat de perquisition ni une quelconque décision du juge de Paix. Tout cela parce que Monsieur BASEKE détient deux chèques bancaires Millionnaires provenant du compte de la fameuse organisation criminelle qui établissent clairement que c’est Monsieur Louis Michel qui en est LE CERVEAU. C’est pour faire disparaître toute trace de ces preuves tous les documents trouvés sur place dans l’appartement de Monsieur BASEKE BOTIKALA Daniel ont été emportés par le huissier véreux couvert par une Police qui n’en est pas moins. Une audition de Monsieur BASEKE BOTIKALA Daniel a déjà eu lieu (annexe 3).
    En tout et pour tout de Transfère de technique et Technologie, Monsieur Louis Michel n’a réussi que :

    A TRANSFERER son expertise incontestable et incontestée technique d’IMPOSTURE, USURPATION des titres et de FAUSSAIRE invétéré en tout genre. La plus significative de toutes ses ouvrages jusqu’à ce jour étant sans aucun doute LES ELECTIONS EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, RDC.
    En deux temps trois mouvements Monsieur Louis Michel fait d’un Rwandais Hyppolite KANAMBE, le pseudo congolais JOSEPH KABILA. Il lui invente une filiation avec le Précédent Président Laurent Désiré KABILA qu’il fait tuer et arrange « l’élection Présidentielle » grâce à toute une série d’artifices couverte par des FAUX et USAGE DE FAUX.
    En faisant une analyse comparative, c’est stupéfiant de constater avec le « clonage » d’avec le coup d’Etat qu’il a opéré avec le CDI. D’un côté il utilise l’Accord de siège de l’authentique CDI pour recevoir la gratuité de l’enregistrement du faux bail de sa fictive organisation international « CDI/CDE » auprès du Ministère des Finances Monsieur Didier REYNDERS qui n’est rien d’autre que son ami et Président de Parti Mouvement Réformateurs (MR)…
    Mais j’info et confirme à votre honneur que j’ai pris, je prends et je prendrais mes responsabilités en tant qu’originaire de la République Démocratique du Congo, de n’épargner aucune peine ni moyen à ma disposition, au prix de mon insignifiante vie, pour mettre fin à l’imposteur d’Hyppolite KANAMBE avant la fin de cette année 2007 pour que justice soit rendue à la Nation congolaise et à son Peuple par un jugement de ce criminel pourtant recherché par la justice internationale pour crime contre l’humanité.
    Monsieur Louis Michel profite des gros moyens financiers qu’il ESCROQUE en toute impunité jusque là au CDI à travers sa fictive organisation internationale « CDI/CDE » pour déstabiliser la République Démocratique du Congo et toute la région centrale de l’Afrique.
    De même que Monsieur Louis Michel a faussé les élections congolais en imposant en imposant à la tête du pays un criminel de surcroit étranger aux termes de la constitution congolais et de sa loi électorale, en cachant la vérité au monde entier, Monsieur Louis Michel a également faussé les élections belges en dissimulant intentionnellement la plainte pénale contre lui devant la justice belge pour des chefs d’accusation très graves.

    PIECE N ° 3
    Preuve de la constitution de partie civile dans l’Affaire contre LOUIS MICHEL et X pendante devant la Cour d’appel de Bruxelles du 18 novembre 2004 Réf du dossier 94/04 PG 19/02 BR 20/99 26 88/04 (Pièce 3.1) et BR 45 LL 120 555/03 (Pièce 3.2) des chefs d’accusation de (Pièce 3.3).:
    1. faux et usage de faux ;
    2. Atteintes aux relations internationales ;
    3. Violation de la Constitution et abus de confiance ;
    4. Attribution de fausses qualités et faux documents diplomatiques ;
    5. Violation de l’Accord de Siège du 29.11.1978 entre le Royaume de Belgique et le CDI ;
    6. Violation des Conventions européennes protégeant les intérêts financiers de l’UE. ;
    7. Non assistance à personnes en danger en ce compris à enfants mineurs d’âge ;
    8. Outrages et traitements inhumains et dégradants ;
    9 Dénonciation calomnieuse et entrave à la justice »
    Extrait d’un acte de procédure déposé au Greffe de la Cour d’Appel le 22 mars 06 dans l’Affaire sous rubrique.

    En tout et pour tout de Développement, Monsieur Louis Michel n’a réussi que :

    A qu’à Développer une organisation criminelle très mobile grâce aux « vrais faux papiers diplomatiques » « CDI/CDE » délivrés avec la bénédiction du commanditaire en chef Monsieur Louis Michel, susceptible de leur permettre d’entrer par effraction dans n’importe quel Etat de la planète et d’ y semer la désolation , à l’instar des assassins du Commandant Afghan MASSOUD et des époux TURANGES dans l’ Affaire du RAIBOW WARRIOR.
    Le nombre de victimes de cette invraisemblable escroquerie internationale se compte en Milliards équivalent aux ressortissants des pays ACP/UE puisque le CDI avait des accords de partenariat entre autre avec les institutions financières dont les principales en Europe sont :
    - EIB European Investment Bank Luxembourg.
    - Société belge d’Investissement Belgique.
    - Caisse française de développement France.
    - Industrialisenringsfonden for Udviklingslande Danemark
    - PROPACRCO France.
    - DEG Allemagne.
    - FMO Pays-Bas.
    - Banco Fomento e Exterior Portugal
    - Banco Portugès do Atlantico Portugal
    - COFIDES Espagne
    - CDC Royaume-Uni
    Et d’autres institutions multilatérales et régionales de financement.
    - IFC Washington D.c,USA.
    - AFDB Abidjan, Côte d’Ivoire.
    - BOAD Lomé, TOGO.
    - BDEAC Brazzaville, CONGO.
    Les tentacules de son énorme pieuvre nuisent considérablement au bon fonctionnement des corps diplomatique établi à Bruxelles et de la fonction publique internationale à partir des imposteurs et usurpateurs membres du « CDI/CDE » de Monsieur Louis Michel qui échappent aux lois sur l’établissement d’étrangers en Belgique et dans les divers Etats ACP et de l’ UE au moyen de vrais faux papiers de « CDI/CDE » ….

    Mes conclusions

    Notre planète est confrontée aujourd’hui à des grands défis dont le dérèglement de la nature qui sont différents de ses préoccupations voilà bientôt plus de 60 ans à la sortie de la deuxième guerre mondiale.
    Rien n’a foncièrement changé au niveau des voies, moyens et nouvelles méthodes adaptées pour aider notre ONU a réussir la mission de Paix qu’elle s’est donnée mais entretemps l’homme à marcher sur la lune, le Mur de Berlin est tombé et Nelson Mendala n’est plus en prison…J’estime qu’il plus que temps de penser de conjuguer les efforts de tous les terriens afin de nous offrir un nouvel avenir. Pour cela il faut que soit écarté sans état d’âme de toute responsabilité publique des criminels imposteurs de l’acabit de Monsieur Louis Michel rapidement.
    L’Afrique, les Caraïbes et le Pacifique (ACP) ont longtemps souffert de l’esclavagisme et des colonisations diverses à cause de l’ignorance de ses ressortissants de ces époques là. Aujourd’hui une autre génération, « ma » génération arrivée à maturité revendique le droit d’intervenir pour apporter et proposer des vraies solutions aux problèmes de notre planète Terre. Personne n’en a le monopole, certainement pas Monsieur Louis Michel !
    Je considère que la civilisation occidentale a touché la lie de sa phase décadente depuis le 11 septembre 2001, pas qu’elle ait démérité mais parce qu’à toute chose, il faut considérer la fin…
    L’Afrique, selon ma propre analyse est la CHANCE de toute l’humanité entière avec plus de moitié des ressources mondiales qu’elle contient bonifiée d’un population la plus jeune de la planète, plus instruite que les précédentes générations. Pour peu que tous les anciens pays colonisateurs le comprennent et acceptent l’évidence dans les rapports quotidiens, tout le monde aura à gagner dans l’affaire.
    Mais l’heure actuelle encore, bon nombre des personnalités qui ont reçu mandat d’engager publiquement ces pays ex colonisateurs dans les accords les mettant directement en rapport avec les pays colonisés regroupe dans le nom générique les ACP (Afrique – Caraïbes –Pacifique) ne se rendent pas tout à fait compte que l’époque des colonies est bel et bien révolu depuis belle lurette.
    Monsieur Louis Michel a du mal à réaliser qu’il n’est à partir de maintenant plus le centre d’intérêt de la République Démocratique du Congo. Il se fait passer par tout pour l’expert en matière congolaise allant jusqu’à parler au nom du peuple congolais à la Banque Nationale ou s’auto proclamé coordonateur pour la République Démocratique du Congo auprès du FED ( Fonds Européens de Développement) comme si il y avait pas au Congo des hommes et des femmes capables de prendre en main mieux que lui les affaires du pays.

    Mondialisation oblige, et tenant compte des conséquences directes de cette escroquerie de grande ampleur de Monsieur Louis Michel avec sa fameuse « CDI/CDE » dont nous nous serons volontiers passé, déséquilibre de façon irréversible tous les Etat membre de l’ONU de la problématique des sans papier et de l’immigration clandestine.
    Refusant énergiquement de voir mes jeunes frères sénégalais venir buter aux chimères de l’occident comme les alouettes face au miroir, à la recherche légitimes des meilleures conditions,
    En ma qualité de citoyen du monde responsable et sensible à cette problématique,
    Partant de l’expérience que je tire personnellement de mes investigations dans cette affaire qui met d’une certaine façon en péril même l’existence des Nations Unies comme organisation internationale garant de la paix dans le monde, je permets de suggérer à votre honneur des mesures urgentes à prendre que j’estime pratique, justes et incontournables afin d’éviter l’insurrection populaire latente dont je perçois déjà les prémices chez les ressortissants des pays ACP qui se sentent à juste titre « roulés » dans la farine par Monsieur Louis Michel et son « CDI/CDE » :

    Mes propositions des Décisions que votre honore puisse prendre sans délai sont :

    1. Rétablir le CDI – Centre pour le Développement Industriel - créé en 1975 par l’article 36 de la Convention de LOME I, établi en Belgique en vertu de la décision 2 / 76 du Conseil des Ministres ACP / CE du 14 Juillet 1976 et dont l’Accord de Siège signé le 29 Novembre 1978 avec le Royaume de Belgique après avoir été approuvé par les deux Chambres législatives belges par la Loi du 09 /02 / 1981 a été publié au Moniteur Belge le 31 / 03 / 1981, dans ses droits et Mettre Monsieur Louis Michel hors état de nuire par le lancement d’un Mandat d’arrêt international pour crimes.

    2. Faire suspendre toute expulsion des ressortissants des pays ACP du territoire des pays de l’Union européenne en compensation et réparation anticipative pour grave préjudice irréparable endurés, le lien de causalité étant clairement établi entre l’escroquerie de Monsieur Louis Michel en tant que Commissaire Européen de tutelle en matière de la coopération et le phénomène grandissant des sans papiers fuyant les conditions de vie dans leur pays d’origine. L’Union Européenne doit assumer sa responsabilité politique qui a été engagée par son Commissaire même s’ dernier n’est plus recommandable.

    Mes légitimes attentes et espoir de citoyen du monde libre après la présente :

    Que sous votre Mandat, se voit accomplir un de mes rêves dans l’optique pour ramener la paix à travers notre planète : L’Abolition des FRONTIERES TERRITORIALES entre les Etats permettant la libre circulation de gens et des biens mais en PROTEGEANT LES FRONTIERS des SYSTEMES DE COVERTURES SOCIALES par une convention universelle.
    Ainsi Personne ne voulant par nature vivre loin des siens et la liberté de circulation étant garantie à tous, le problème des sans papiers et des clandestins cesseront d’eux-mêmes.


    Monsieur Mariyus NOKO NGELE
    http://congogate.over-blog.net
    mariyus_be@yahoo.fr

    Posté par MARIYUS NOKO, 30 août 2007 à 06:35

Poster un commentaire