Esprits Libres: votre Magazine RAMA YADE N'A LU NI JULES FERRY NI MBOA. - MBOA

MBOA

La vérité est comme les fesses, on est obligé de s'asseoir avec

07 septembre 2007

RAMA YADE N'A LU NI JULES FERRY NI MBOA.

16719641_p
Rama Yade plus valorisée sur cette photo qu'entre les squatteurs d'Aubervilliers ou les expulsés d'Asnières. Vous ne trouvez pas ?

Qu'est ce qu'elle doit bien se sentir "bizarre" dans sa peau, la secrétaire d'Etat aux droits de l'homme. Comme Lylie qui venait de Somalie à l'époque pour décharger les cageots de tomates, Rama Yade comprendra peut-être si ce n'est fait que, dans le Pays de voltaire et de Hugo, la couleur du désespoir est le "Noir" même ministre et parlant éloquemment le français en gorgeant.

Elle a pourtant tous les arguments et atouts pour aller défendre la cause des opprimés, mais hélas. Hélas! elle n'a malheureusement pas la bonne couleur et peut-être aussi le bon nom. Pour défendre ces causes là, ou ces gens là, il faut avoir la peau adéquate, quitte à être d'une incurie reconnue de notoriété mondiale, et avoir le bon patronyme. Les Noirs çà se défend par un Blanc comme le veut l'imagerie collective de la société civilisée.

Elle n'aura pas compris que dans le pays de Jules Ferry, on n'a beau être secrétaire d'Etat , lorsque l'on ne possède pas la bonne peau, cela s'appelle vitrine, faire-valoir, et consiste à donner un peu de couleur à un tableau quelque peu pâle.
Preuve que la pauvre Rama Yade n'a pas encore assimilé certaines choses, elle n'a pas su se rendre compte que les droits de l'homme n'étaient pas, selon Jules Ferry:
La déclaration des droits de l'homme n'avait pas été écrite pour les Noirs de l'Afrique équatoriale". Se serait-elle laissée abuser par "équatoriale"? Pourtant elle a eu des indicateurs, lorsque son mentor et chef d'équipe, Nicolas Sarkozy a envoyé un manifeste aux enseignants en se référant à Jules Ferry. 

Elle qui, la semaine dernière, a été au conseil des sages de la république française (CRIJF), pour écouter les sages injonctions du conseil, sans que cela lui soit rappelé que cette visite devrait se faire en concertation avec les autres membres du gouvernement, a aujourd'hui l'occasion ici de comprendre que dans l'échelle des douleurs, certaines sont plus importantes que d'autres, même si elles sont factices et virtuelles. Elle a d'ailleurs regretté que les jeunes soient moins concernés par le crime le plus abject que l'humanité ait connu; pour les autres crimes mineurs, elle regrettera après.

Elle est pourtant de bonne foi, lorsque, se rendant à Aubervilliers (municipalité communiste pourtant), elle voudrait instaurer le dialogue. Seulement, la bonne foi ne suffit pas chère Rama Yade. Une Noire c'est comme un ministre, çà obéit ou çà se tait même chez les communistes, Amis des Noirs. Parce que vous rendant à Aubervilliers chez des Noirs squatteurs, vous faites du communautarisme et cela nous n'aimons pas ici chez nous. Un Noir çà se fait toujours représenté par un Blanc, ainsi les caméras de télévisions et autres objectifs savourent et l'humanisme originel du blanc sauveur est sauf.

Naïveté ? manipulation ? Aller critiquer les communistes pour une décision prise par un préfet de droite, groupe auquel elle appartient, Rama Yade reste le dindon de la farce de ce système qui n'a aucun égard pour les gens qui ont la même couleur de peau qu'elle, malgré sa distinction sociale. Et si c'est une manipulation, elle vient une fois de plus se moquer des Africains.



Posté par MBOA à 06:08 - ESCROQUERIE - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Marketing crapulo-politique

    Salut bro',

    La dernière tendance stylistico-stratégique pour continuer à bafouer le droit des basanés c'est d'avoir pour porte-parole un pantin coloré: Colin Powell, Condoleeza Rice, Rachida Dati, Rama Yade etc...( bizarrement, les très très rares surprises colorées tombent systématiquement sur certains crénaux "exécutifs" à relans de politique xénophobe) L'astuce est grosse et très efficace. Le modèle "républicain" nous vient désormais de l'hémicycle américain.

    Dans un siècle on pourra même nous dire que la guerre d'Iraq, c'était des noirs qui vendaient des arabes, et que l'Amérique n'a pas à se repentir. ( personne ne lui aura demandé de se "repentir" mais elle lancera ça pour couper court à toute analyse des faits )

    à+

    Posté par Swift, 07 septembre 2007 à 07:42
  • Marketing crapulo-politique (2)

    Au passage, sur le "coup" de la repentance, lire ici http://www.liberation.fr/rebonds/271965.FR.php le premier et le dernier paragraphe. Ou comment botter en touche sur la question de la "Reconnaissance".

    Derrière les rideaux de sagesse façon ConfuSius comme tu dis, encore et toujours de belles entourloupes.

    Posté par Swift, 07 septembre 2007 à 08:02
  • ARNAQUE !!!

    Mboa, bonjour !

    Tu ne crois pas si bien dire. En effet, malgré ses diplômes occidentaux, je précise, la petite Nègresse ne peut pas s'épanouir sans l'aval du maître. J'en parle dans le billet sur la prégnance du Code Noir 1685 dans la réaction de Fillon.

    A+

    Posté par A2N, 07 septembre 2007 à 14:09

Poster un commentaire