Esprits Libres: votre Magazine LE PARC DE LA VILLETTE SOUS L'EMPRISE DU GENIE MBAPPE - MBOA

MBOA

La vérité est comme les fesses, on est obligé de s'asseoir avec

28 juillet 2008

LE PARC DE LA VILLETTE SOUS L'EMPRISE DU GENIE MBAPPE

l_bfda16c3ea1efc75b960498bfd0c13_1
Un ami admirateur et mélomane dit de lui qu'il est tout simplement "un rouleau compresseur" . Une fois sa guitare basse à l'épaule, ses lunettes bien ajustées et ses gants confortablement portés, plus rien ne résiste à ce "monstre sacré" dont la beauté, la précision et la justesse du jeu trouvent leurs origines dans l'élégance, la grandeur et la magnanimité des génies bienfaiteurs. L'unique et seul bassiste aux mains gantés vous transporte dans un univers où les sons et les génies vous enrobent de leurs béatitudes.

Étienne MBAPPE ne pouvait ne pas exister, sinon se poserait la question de son créateur. Dieu étant donc équilibre et perfection, Étienne MBAPPE existe ce, pour la grandeur de la musique, pour l'exaltation de la beauté, pour nous permettre d'admirer le génie de et dans la création et aussi pour que le mot excellence prenne corps et tout son sens lorsque ce natif du Cameroun enjolive le verbe par le son.

Les badauds venus nombreux dans les parcs de la villette et présents devant la scène où se produisait E.MBAPPE ont, pendant près de deux heures été envoutés par celui dont l'humilité aurait fait dire à Michel Jonaz :" En plus d'être fort, il se permet le luxe d'être humble". Oui Michel!  l'humilité est la marque des forts. Rappelons au passage que Ray Charles et autres Jo Zawinul n'en pensaient pas moins de ce concentré d'excellence musical qui se trouve dans ces doigts de génies dont Étienne MBAPPE prend le soin de protéger par des gants noirs comme pour rendre hommage à cette Grâce qui lui a fait l'honneur de s'y installer en ne l'exposant pas à la souillure de la médiocrité ambiante du commun des mortels.

Pendant deux heures, Étienne MBAPPE a déplacé les mengous "génies protecteurs en langues duala" de son ile de "Bonendale" pour gentiment ensorceler le ciel, les âmes et cœurs des parisiens dont les contingences de la vie quotidienne sont de plus en plus pressantes pour les plonger dans les méandres de son nouvel opus au titre ô combien évocateur de "Su la Take".
"Su la Take" qui signifie tout simplement "La fin de la misère". Comme si en ce 27/07/2008 à 19 heures, les organisateurs du spectacle, las de cette misère de plus en plus encombrante et envahissante dans l'univers du citoyen parisien, avaient pris la décision de conjurer le sort par des incantations aux vertus salutaires en provenance d'un petit village camerounais [qui a eu la divine bénédiction d'être porteur d'un musicien d'exception euh de génie] en donnant rendez-vous aux éléments de la nature pour cette cérémonie exceptionnelle dont le guide était MBAPPE Étienne.

Rappelant au passage que le Cameroun est le pays qui au monde produit les meilleurs bassistes, pays dont les bassistes inspirèrent, même si l'on ne le dit pas assez ou jamais, JACO PASTORIUS en personne qui venait tirer ses inspirations au Cameroun en visitant les cabarets et autres lieux où la musique se joue avec délectation et maestria, Magic Étienne a, pendant deux bonnes heures, apporté de la joie dans les cœurs et les visages des parisiens. Tout y passe ! Des ballades aux swings, le public a vibré aux rythmes des sonorités du quintet sans en aucun moment esquisser un signe de lassitude; bien au contraire, à longueur que le concert avançait, sa "faim" du rythme devenait de plus en plus ogresque et sa soif flirtant l'addiction, et  Étienne et son groupe se transcendaient.
Comme celui que tu nommes le poète et prophète (feu EBOA LOTTIN) remerciait son bienfaiteur et ami James, à notre tour, nous te disons  : MERCI Étienne pour ces instants de bonheur dont la source vient directement de "
Bonendale" pour ne pas dire du Mboa (Pays, Bercail, Maison etc...)

Posté par MBOA à 15:39 - BONHEUR POUR TOUS - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Excellent !

    Très bel article qui rend hommage effectivement à un très excellent bassiste.
    J'y étais et j'ai savouré même entant que blanc.

    Posté par Pierre, 28 juillet 2008 à 16:06
  • Na bate so na nje ?

    Magnifique article.Bravissimo !
    "Dieu étant donc équilibre et perfection, Étienne MBAPPE existe ce, pour la grandeur de la musique, pour l'exaltation de la beauté, pour nous permettre d'admirer le génie de et dans la création et aussi pour que le mot excellence prenne corps et tout son sens lorsque ce natif du Cameroun enjolive le verbe par le son."
    A se bodilo nu mun'a bonendale e no (il a de la substance ce fils de Bonendale parce qu'il sait où sont ses racines.

    Posté par Malaika, 29 juillet 2008 à 17:05

Poster un commentaire