Esprits Libres: votre Magazine LE PARADOXE DE CES HEROS "HUMANISTES" - MBOA

MBOA

La vérité est comme les fesses, on est obligé de s'asseoir avec

11 octobre 2008

LE PARADOXE DE CES HEROS "HUMANISTES"

26109_0

"Je dirai donc que je ne suis pas ni n'ai jamais été pour l'égalité politique et sociale des noirs et des blancs, que je ne suis pas, ni n'ai jamais été, pour le fait d'avoir des électeurs ni des jurés noirs, ni pour le fait de les former à exercer ses fonctions, ni en faveur des mariages mixtes; et je dirai en plus de ceci, qu'il y a une différence physique entre la race blanche et la race noire qui interdira pour toujours aux deux races de vivre ensemble dans des conditions d'égalité sociale et politique. Et dans la mesure où ils ne peuvent pas vivre ensemble mais qu'ils coexistent, il faut qu'il y ait une position de supériorité et d'infériorité, et moi-même, autant que n'importe quel autre homme, je suis pour le fait que la position de supériorité soit attribuée à la race blanche."

Propos signés: Abraham Lincoln.

A l'aube des futures élections présidentielles aux états-unis dans lesquelles l'un des candidats est, selon le "one-drup-rule" Noir, il est important de rappeler que ce dernier ne doit en rien son ascension à la belle philanthropie qui se cacherait dans le 13 ème amendement de l'abolition de l'esclave, mais aux luttes sans relâche de ces Noirs arrachés à leur terre "originelle", pour être déportés vers une terre qui est le symbole de la cruauté et de la vision que l'homme blanc avait ou a du reste de l'humanité. Car de l'extermination des indiens à l'insertion des Noirs aux états-unis, c'est l'expression de la déshumanisation de l'autre par l'homme blanc qui s'y traduit.

Même si Barack Obama, par crainte de la réaction de l'Amérique profonde (entendez non pas celles des autochtones amérindiens) se refuse à verser dans ce que les démagogues appelle "le racial", les américains profonds ne manquent de le lui rappeler ainsi que la règle de la goutte du sang.

A l'image de Schoelcher en France, et plus proche de nous De Gaulle, l'historiographie "universelle" voudrait que le sieur Abraham Lincoln fût admis par les "Noirs" comme leur libérateur ce, dans le vœu secret de présenter les Noirs comme des individus incapables de lutter pour leurs droits civiques, d'annihiler leurs luttes de libération à travers les 4 coins du monde et de les plonger dans une posture de soumission ou de reconnaissance quasi éternelle. Mais une soumission à une fiction, à une escroquerie. En ayant signé le 13 amendement de l'abolition de l'esclavage ou en impulsant le décret d'abolition de l'esclavage du 27 avril 1848 ou même en prononçant les formelles indépendances des pays africains, le but n'était pas de rendre aux Noirs l'humanité qu'on leur dénie, mais de préserver les intérêts. Ces élans subits de philanthropie ne répondaient qu'à une seule et unique logique: la préservation des acquis par le leurre, par l'illusion. Et le présent confirme cette logique idéologique.

Faut-il reconnaître un seul mérite à ces héros aux paradoxes multiples ? Oui ! Celui d'avoir eu la vision de préserver leur idéologie par des tours d'illusions bien réussis. Abraham Lincoln comme Schoelcher ont compris avant le reste de leurs compatriotes qu'il n'était plus possible et salutaire pour le système de laisser perdurer la situation d'esclavage, de déni d'humanité, d'extermination dans lesquelles leur vision de l'humanité soumettait les autres qui ne sont pas "Blancs". La détermination affichée des "Noirs" de sortir du processus de leur mort idéologique est à l'origine de la subite philanthropie des uns et des autres. Le présent ne nous montre-t-il pas que cette philanthropie savamment orchestrée n'était que leurre qui jusqu'à ce jour continue sa course ?

La réalité ? Ces héros aux multiples paradoxes auxquels les Noirs devraient par des procédés huilés reconnaissance, allégeance et soumission ne sont tout simplement que l'expression de la négation des combats et luttes que, de tout temps, les Noirs ont menées pour arracher leur humanisation.
En quoi les Noirs sont-ils redevables à ces abolitionnistes pour leur chanter des louanges ? En rien ! N'ont-ils pas aboli leur propre construction pour en bâtir une bien plus meilleure ?

Y a t-il des leçons à tirer chez ceux des "Noirs" encore prisonniers de ces mensonges idéologiques de la doxa blanche en rapport aux déclarations sus-cités ? Oui ! L'emploi du verbe attribuer par Abraham Lincoln. Cette pseudo supériorité affichée n'est donc que le résultat d'une auto-attribution, de leur simple volonté, d'une incantation. Volonté de se convaincre d'une humanité au-dessus de tous, en déshumanisant, exterminant les autres peuples.

Il est donc de la volonté des Noirs de démonter ces mécanismes d'infériorisation, de déconstruire le schéma mental, de changer le référentiel abrutissant qu'on leur impose en réfutant des héros qui n'en sont pas pour autant de vrais, en s'identifiant à leurs propres héros, ceux qui ont combattu sans aucun calcul autre que celui de leur liberté.
De Rosa Parks, Marcus Garvey, Booker T. Washington, Frederick Douglass, Sojourner Truth, Toussaint Louverture, les nègres marrons (Salomon “grand zoulou”, “Mine du Congo”, “le nègre Louis”, Manuel Gueule rouge et tous les autres n'ont pas aboli l'esclavage, ils l'ont combattu et c'est là toute la différence. Comme Lummuba, Cabral, Sankara, Um Myobe, Biko et les autres ont combattu la colonisation.

Mpeck_paintings

 

Posté par MBOA à 20:51 - COMME JE LE PENSE - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    l'Antinomie d'Oedipe ! ! !

    Parfois nous voulons faire une affabilité mais cela se termine rapidement en stupidité; c'est ce qui arriva en son temps à un personnage de la litterature universelle: Oedipe!
    Oedipe comme nous le savons tous était un jeune grec, beau, vigoureux, heureux et qui aimait profondément ses parents. Mais voilà qu'un jour un oracle lui dit qu'il assassinera son père et épousera finalement sa mère!
    Oedipe comme il fallait logiquement s'y attendre fut pris de panique et pour éviter à tout prix que ce cauchemar ne devienne réalité decida de s'éloigner le plus loin possible de ses parents pourtant très adorables. Mais contrairement à ce que notre Oedipe pensait, plus il s'éloignait de ses parents plus il se rapprochait de son destin tragique.
    C'est ainsi que dans sa fuite éperdue, il croisa sur sur son chemin un certain Layo et au cours d'un obscur combat d'épée le tua d'un coup sec! Il arriva enfin dans une ville appelée Tébas et au cours d'un brillant combat d'idées, il vainquit le grand Sphinx et put ainsi devenir le mari de Yocasta. Ce que Oedipe ne savait pas et ceci parce que l'insidieux oracle ne le lui avait pas dit, c'est que Loya et Yocasta étaient ses parents biologiques.
    Comme à Oedipe il arrive à plusieurs personnes que celles-ci veulent changer le monde mais l'oracle ne joue pas toujous franc jeu avec elles! Il arrive très souvent que pendant que nous rejetons ce monde plein d'injustices, d'inégalités; sans nous rendre compte plus nous le défendons. La raison à tout cela est toute simple: c'est que depuis notre tendre enfance, on nous a enseigné que si nous voulons être
    "quelqu'un" dans la vie c'est à dire être respecté, reconnu, apprecié, estimé et aimé il était absolument necessaire d'avoir un titre, un bon travail, une bonne maison, une femme adorable, bref tout simplement être riche. Dans le cas contraire c'est raté tu es un perdant. Pour éviter pareille débâcle nous menons un combat acharné pour obtenir tout et plus. Alors nous vivons et nous mourrons pour obtenir tout cela et ensuite pour le conserver par tous les moyens possibles et si possible une fois de plus avoir plus, ensuite nous remplissons nos vies de choses inutiles et de malheurs et entraimant par là même la vie de tous ceux qui sont autour de nous et finalement un jour nous mourons sans rien emporter comme le chantait si bien (Eboa Lotin na Samè)parce que comme nous vînmes dans ce monde ainsi nous nous en irons sans rien emporter et le monde demeurera le même ou peut-être pire!
    On nous a auusi appris que nous sommes tous des frères car appartenant tous à la race humaine mais on nous a aussi enseigné que la compétition est la valeur la plus importante de la fondrière"civilisée" bien que instinctivement nous savons tous que la base la plus importante de la vie est l'amour et la solidarité.
    Comme Oedipe par ignorance nous errons parce que nous n'avons pas été capables de comprendre que le mode de vie dit "civilisée", ses idées, sa vision du monde, ses principes, ses valeurs sont exactement ce qui nous condamnent à vivre noyés dans le mensonge, la fourberie,.....Plus maintenant que nous assistons à un impressionant spectacle de fin d'une époque!
    Nous nous trouvons actuellement face à un gigantesque collapsus (affaissement pathologique d'un organe), de l'écroulement du monde dit"civilisé" mais certains éblouits par la myopie de la pensée égoïste n'y voit que la "crise" du modèle neoliberal, du système financier et comme notre Oedipe ils sont sur la mauvaise voie; ils essayent de rafistoler, de colmater ce qui n'a plus de remèdes!ce n'est plus l'heure des charlatans; c'est l'heure des inventeurs de nouvelles vies, l'heure d'inventer de nouveaux chemins, de refonder la vie, de renommmer les choses, de transformer les relations.
    Souvenez vous laissez les morts enterrés leurs morts! qu'ils fassent leurs cercueils et qu'ils enterrent leurs cadavres :F.M.I, B.M, O.M.C, O.N.U, O.T.A.N, Conseil de sécurité, Globalisation, Neoliberalisme, Société de consomation avilissante.
    Un monde plus juste doit cesser d'être seulement une utopie.

    Posté par n'dikitolé, 12 octobre 2008 à 18:59
  • n'dikitolé , c'est quoi le rapport avec l'article ?

    Posté par Jikeb, 20 octobre 2008 à 13:12

Poster un commentaire