Esprits Libres: votre Magazine LES CRABES S'AGITENT DANS LE PANIER. - MBOA

MBOA

La vérité est comme les fesses, on est obligé de s'asseoir avec

24 novembre 2008

LES CRABES S'AGITENT DANS LE PANIER.

" Sé zanmi ki fè si krab pa ni tèt! "  Proverbe antillais.

Les temps changent vraiment !
Depuis dimanche dernier, à une fréquence frénétique, je reçois d'un Charles Dagnet des mails, dans lesquels Patrick Karam ex-dirigeant du collectifdom essuie tous les noms d'oiseaux. Le qualifiant même de "bata siriyen". Nous qui croyons qu'il était un domien pur et dur !Je n'exprime pas ici mon indignation, mais plutôt ma surprise face à ce retournement de situation.

Les temps changent vraiment!
Il n'a échappé à personne que la cuisine du collectifdom a pris feu depuis quelques mois déjà et que tous les ustensiles servent d'armes à chacun de ses cuisiniers en chef pour écorcher l'autre. Quel régal ! Il n'est plus fait l'économie de quelconque secret pour essayer de déstabiliser son adversaire. Aujourd'hui  le: " Zafè kabrit, pa zafè mouton!" a remplacé le "An enmé-w kon sik sosé an myèl." Bref le collectif est devenu un bon panier à crabes.

Les temps changent vraiment !
Le collectifdom, cette association de domiens, dont les chefs ont/avaient comme singulière particularité une flagornerie sans complaisance ni commune mesure à l'endroit du gouvernement est aujourd'hui en proie à ses contradictions, mais surtout en proie à ses fallacieux discours sur la question de l'esclavage et ses ayant-paroles. Il est victime de ses alliances contre nature. Les canailles se tirent dessus comme de vulgaires malfrats qu'ils sont au fait. Le révisionnisme sur l'esclavage de Ribbe, Karam, Romana et même Confiant qui, par des amalgames, niaient/nient, refusent aux africains le droit de parler de l'esclavage fait d'eux de véritables malfrats intellectuels.

Les temps changent vraiment!
Il est loin, le temps où Claude Ribbe, Patrick Karam, Serge Romana, Dagnet et consorts étaient atteints de psittacose et harmonisaient leur violon pour exclure des questions de l'esclavage, les africains, ce faisant reprenaient en chœurs l'antienne républicaine qui fait des africains, les bourreaux des antillais. N'est-ce pas Alexis de Tocqueville qui disait: " En politique, la communauté des haines, fait presque toujours le fond des amitiés " ?

Les temps changent vraiment !
Loin, le temps où, les artistes domiens du collectif et leurs acolytes (Raphael Confiant etc..) champions de la démagogie et de l'idéologie créole, pour une place au "soleil", instrumentalisaient les questions sociétales concernant les "noirs" pour dresser les populations antillaises contre les africains.

Que ne ferait-on pas pour un fauteuil républicain ? Ceci n'est pas l'apanage des seuls "cuisiniers" du collectifdom, soit dit et signalé en passant. C'est un scénario qu'on observe dans toutes les escroqueries. Regardons le CRAN et ses turpitudes, le PS etc.....

Bref, l'escroquerie ne prend plus!
Les cheffaillons et Cheffaillons en ex du collectif se livrent une gueguerre sans merci. Incapables de trouver la bonne formule pour leur boullabaisse indigeste au demeurant, il ne leur reste plus que l'unique solution lorsqu'un breuvage ou une "bouffe" ne fait plus recette: la balancer.
Comme on dit encore chez nous aux antilles: " Kök até sé pou bat !".  Avec délectation, l'on savoure les déboires de Patrick Karam face à son ancien ami et frère Claude Ribbe.

Mais que nous révèle au final ce spectacle désolant ? Que tous ces gens ne sont que de petits "escrocs" qui prenaient/prennent en otage les adhérents qui, de bonne foi s'identifient à un mouvement dans le but d'atteindre un destin commun, mais au final sont pris en otage par les intérêts de leurs dirigeants. Ceci est valable au collectifdom, au Cran, au PS et ailleurs quand on y scrute la bassesse du vol.

Quant à Patrick Karam, il a oublié un autre proverbe antillais qui dit ceci: "Sa ki la ba-w, rivyé-la pa ka chayé-y!".

LE CRABE NE SAIT QUE PINCER: ici




Posté par MBOA à 21:40 - COMME JE LE PENSE - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    "Cette foule qui ne sait pas faire foule", CESÈ, papa an nou!

    Un autre proverbe aussi : "Shak ti cochon ni samdi a yo"

    Ce qui veut dire : "La roue tourne."

    Napoléon s'est amusé avec ces français qu'il méprisait et c'est lui qui prônait pour ces divisions : "Diviser pour mieux régnier"

    C'est bien dommage que le monde noir se divise : C'est pourquoi aujourd'hui les français non noirs en ont toujours profité!

    Posté par Mango, 25 novembre 2008 à 12:51
  • esclavage en Afrique en 2008

    Je regrette profondemment que l'esclavage existe encore en Afrique en 2008.
    Concernant le dysfonctionnement de Karam l'opportuniste à la petite semaine en crise de personnalité, il ne représente que lui même force est de le reconnaître sans brillance de surcroit.
    Le monde regorge d'aventuriers, comment faire pour l'ignorer?
    Un aventurier de plus ou de moins, sans importance.
    Luigy Lacides

    Posté par Lacides, 26 novembre 2008 à 13:25
  • Pas aux Antilles !

    C'est vrai qu'aux Antilles, ils ne le sont plus depuis que les Békés les tuent à la tâche pour cultiver de la canne à sucre.

    Posté par MBOA, 26 novembre 2008 à 13:43
  • pff

    comme si l'on ne savait pas que la cause des "noirs" est défendu par des fachos, des arrivistes et des menteurs, les pauvres sont-ils défendu par quelqu'un d'autre? Ben non, les vrais combats sont repris par ceux qui sont la cause des problèmes. Ils ne parlent qu'aux gens racistes pour que ceux-ci haïssent les autres... du comm' d'hab'... Le panafricanisme vient, il s'agirait de s'en apercevoir, d'un playmobile manipulé par londres et sa couronne, garvey était un agent de la couronne anglaise. Pourquoi sinon, reprendre l'exact discourt des racistes en l'inversant simplement? Pourquoi sinon tous les panafricains vont coucher avec l'extrême droite? Pourquoi parler de race noire alors que l'on sait qu'elle n'existe pas et que c'est un terme raciste? Pourquoi l'illustre homme n'a pas choisit bamako ou touba comme point de chute plutot que londres? Une communauté de couleur de peau est une utopie raciste de pauvres gens en souffrance pret à tout croire pour se bien voir, pour s'accepter... Les communautés, les vrais, viennent d'une aire culturelle. Que des gens détestent les "noirs" soit mais que les noirs,soi-disant en réaction , détestent les "blancs" n'est que le résultat de l'humanité stupide faite en premier lieu par des indigents manipulables à souhait, nous...

    Posté par mica, 02 décembre 2008 à 11:48

Poster un commentaire