Esprits Libres: votre Magazine AFRICA RACE voudrait-il détroner le RALLYE DAKAR en nombre d'enfants tués ? - MBOA

MBOA

La vérité est comme les fesses, on est obligé de s'asseoir avec

21 décembre 2008

AFRICA RACE voudrait-il détroner le RALLYE DAKAR en nombre d'enfants tués ?

Les concurrents de Africa Race disent à qui veut les entendre, qu'ils vont sauver des vies de petits africains avec les impôts des français et non français qui se décarcassent tous les pour améliorer un quotidien de moins en moins évident. Ces nostalgiques d'une certaine Afrique, qui considèrent que polluer l'environnement est un vain mot, tuer des enfants avec leurs motos est un sport, défient une fois de plus les africains (en rupture avec leurs dirigeants) en allant déverser la pollution, en exportant le vice et la mort. La Ville de Marseille acceptera-t-elle de participer à cette aventure mortifère concertée ? Ci-dessous un message du CAVAD par la voix de sa présidente, pour faire prendre conscience à ceux qui minimisent encore la nocivité de cette course qui a à son compteur plus d'une cinquantaine de morts africains, ce dans l'indifférence et le mépris.

Paris, le 21 décembre 2008,

Face à l’acharnement des promoteurs des courses contre l’Afrique qui entendent donner le départ de leur nouvelle course macabre dans une semaine, le CAVAD (Collectif Actions pour les Victimes Anonymes du Dakar) lance un appel de solidarité entre toutes les victimes sacrifiées sur l’autel ensanglanté des profits.

Africa Race : Appel aux agents portuaires et aux dockers de Marseille

Le Cavad (Collectif Actions pour les Victimes Anonymes du Dakar) fait appel à votre mémoire et au courage des luttes passés et actuelles car il vous est arrivé vous aussi, d’avoir été sacrifiés sur l’autel de l’argent et de la technologie, sans avoir été suffisamment défendus.

Des individus sans âme ne pouvant renoncer au gain faramineux découlant du rallye Dakar expulsé d’Afrique,ont rapidement créé AFRICA RACE qui fait exactement le même parcours de Marseille à Dakar, avec les mêmes sponsors et les concurrents qui n’ont pu se payer le rallye Dakar 2009.
Il se courra du 27 décembre 2008 au 11 janvier 2009 avec un prologue à Marseille et ses environs.

Le Cavad a agi de façon citoyenne et concrètement en alertant le député du Gard, Jean-marc Roubaud qui a demandé en vain l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire.

Le Cavad a obtenu de façon citoyenne que les pays africains qui le recevaient, refusent désormais au rallye Dakar le passage sur leurs territoires, à l’exception bien entendu du Sénégal..

Le Cavad a soulevé de façon citoyenne les points de débats et a convaincu puisque la pétition papier jointe à la pétition en ligne demandant la suppression du rallye Dakar porte désormais 50.397 signatures.

Mais malgré nos appels, le gouvernement ne veut pas prendre en charge un trouble sociétal qui salit l’image de la France.

Mais bouffi de suffisance et fort de ses relations haut placées, le rallye Dakar se démultiplie.

La seule alternative pacifique qui reste est de refuser de se soumettre à une organisation inique dont la principale activité consiste à détruire un continent et à assassiner ses habitants, mais également de refuser de financer un amusement d’une immoralité totale.

Jean-Claude Gaudin, Sénateur et maire de Marseille, Jean-Noêl Guérini, Sénateur et président du Conseil Général des Bouches du Rhône et Michel Vauzelle, Député et président du Conseil Régional Paca doivent répondre de l’utilisation judicieuse de nos impôts qui doivent servir en priorité au bien-être de nos concitoyens.

Par exemple : les dockers du port autonome de Marseille Fos qui ont été concernés par une exposition à l’amiante.

En 2001, sur 5000 concernés, une centaine seulement d’entre eux seulement devaient bénéficier de la loi instituant la « cessation anticipée » pour les personnels exposés à l’amiante,
Et les fonds finançant cette allocation de cessation d’activité devaient être alimentés par... les impôts pour une partie, et par la Sécurité Sociale.

En clair, bien que victimes, les salariés devaient financer ces mesures.

Un comble quand on sait que ce sont les chefs d’entreprises avides qui ont fait courir des risques mortels à des centaines de milliers d’ouvriers, en connaissance de cause, qui sont responsables et qui auraient dû payer.

Combien de ces dockers ou leurs familles ont effectivement été indemnisés à ce jour à Marseille et dans les Bouches du Rhône pour que nos impôts apparemment excédentaires, financent les jeux de quelques crétins désoeuvrés qui veulent aller se divertir en Afrique ?

Souvenez-vous :

En 1956, le refus des dockers de Marseille de charger, trois mois durant, des armes pour l’Indochine.
Au nom de la Conscience et de l’Humanité, ils ont œuvré pour l’intérêt général.

De nos jours, régulièrement, à l’appel courageux du syndicat CGT, des bateaux, des avions n’appareillent pas quand on y a embarqué de force des sans papiers à leur bord.
Au nom de la Conscience et des Droits de l’Homme, ils ont œuvré pour l’intérêt général.

A Lorient le 28 janvier 1995, les dockers ont refusé de débarquer les 32.000 tonnes de tourteaux de soja génétiquement modifié des soutes du "Golden Lion", un cargo argentin.
Au nom de la Conscience et du principe de précaution, ils ont œuvré pour l’intérêt général.

A l’International, non plus les dockers ne transigent pas avec leurs convictions.

En 1920, sur les quais de Londres, les dockers ont refusé de charger sur le Jolly George des armes destinées aux armées attaquant la Russie révolutionnaire.

A son congrès de 1950 la CGT algérienne annonçait que les dockers avaient jusque-là refusé de charger 20 bateaux contenant du matériel militaire prévu pour la guerre d’Indochine.

Autres exemples d’actions de masse des dockers, notamment à Alger, Oran et d’autres ports qui ont refusé de débarquer du matériel militaire au moment de la guerre d’Indochine.

Le 16 décembre 1954, un mois après le déclenchement des premières attaques de guérilla du FLN, les dockers d’Oran (ils étaient 1 200, dont 200 d’origine européenne) refusent de décharger des cargaisons d’armes destinées à l’armée française

Après l’assassinat, en 1973, du président chilien Salvador Allende, les dockers se sont mis en grève contre le chargement d’armes britanniques sur des bateaux destinés au Chili.

Le 19 avril dernier, les dockers sud-africains ont refusé de débarquer la cargaison, de même que les transporteurs routiers ont refusé de la charger dans leurs camions : 3,5 millions de munitions, des fusils d’assaut AK47, 1.500 roquettes de 40 mm, des lance-roquettes, des obus de mortier, amenés au port de Durban pour transport terrestre jusqu’au ministère de la Défense du Zimbabwe.

Au nom de la Conscience et des Droits de l’Homme, ils ont œuvré pour l’intérêt général.

Vous êtes les descendants de ceux qui ont tant de fois manifesté, qui ont refusé de charger les bateaux d’armes pour la guerre d’Indochine menée par la France, quand les appelés du contingent se couchaient sur les voies pour arrêter les trains en partance pour cette guerre coloniale qui ne disait pas son nom.

Le rallye Dakar et Africa Race sont 2 guerres coloniales d’un autre type qui ne disent pas leur nom.

Le rallye Dakar tue impunément en Afrique depuis 30 ans sans indemniser les victimes africaines.

Quand l’injustice va trop loin, dans le mépris et l’arrogance, elle engendre la révolte.

Qui protégera nos enfants demain s’il prend fantaisie aux Etats-Unis ou à la Chine, dans une logique similaire, de venir faire les mêmes insanités en Europe ?

Il est nécessaire aujourd’hui d’alerter la plus large opinion publique sur les drames prévisibles et structurels du rallye Dakar et d’Africa Race.
Il faut que les organisateurs de ces courses comprennent que leur liberté de jouer s’arrête lorsqu’il y a mise en danger de la vie d’autrui et qu’il leur est désormais interdit de jouer au poker avec la vie des gens sous le prétexte qu’ils sont pauvres.

Le Rallye Dakar et Africa Race sont des armes par destination : (tout objet qui peut servir à blesser, tuer quelqu’un-e ou à détruire quelque chose, même si ce n’est pas son usage premier ou principal)

Le rallye Dakar l’a prouvé : 30 ans de dévastation, 53 morts dont 9 enfants.

Les laisserez-vous continuer sans rien dire et sans rien faire ?

Chez les dockers de Marseille, l’honneur n’est pas un vain mot et quand vous vous mobilisez, on est obligé de vous écouter.

Le Cavad regrette d’avoir à appeler à la désobéissance civique, à une désobéissance citoyenne.

Le Cavad regrette d’avoir à vous appeler à refuser d’embarquer ou de débarquer les véhicules du Rallye Dakar et son acolyte Africa Race et de leur apporter assistance à l’aller comme au retour de leurs pérégrinations.

Si le rallye Dakar et Africa Race veulent faire du safari humain, qu’ils le fassent avec leur argent, pas avec nos impôts.

Aucun enfant d’Afrique ou d’Amérique latine ne doit plus mourir sous les roues d’un divertissement de colons nostalgiques.

Dans l’espoir que vous accepterez de nous aider,

Bien à vous,

Claire Aymes, porte parole du Cavad,

Collectif Actions pour les Victimes Anonymes du Dakar

Assassiner des enfants n’est pas un sport !

To assassinate children is not a sport !

http://www.stop-rallyedakar.com

Voir aussi: Marseille contre l'escadron de la mort de Africa Race ici

Posté par MBOA à 12:55 - Rallye de la mort - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    On leur met le feu

    Bravo cavad, Ohé marseillais, on doit leur mettre le feu.
    Puisqu'ils veulent pas comprendre.
    Aux armes, aux armes, nous sommes les marseillais, et nous allons gagner!
    Droit aux quais avec l'OM!

    Posté par Marseille Godass, 21 décembre 2008 à 14:17
  • La Bretagne avec Marseille

    Les dockers de Bretagne sont d'accord.
    On doit rosser ces cons, vive la bretagne,
    on doit rosser ces cons, vive les bretons.

    Posté par Bretagne, 21 décembre 2008 à 17:04

Poster un commentaire